blog@catherine-barry.fr

Le Blog de Catherine Barry : Méditation, Bouddhisme, Dalaï Lama, Tibet... Accompagnement des émotions et connaissance de soi: consultation....

Pour faciliter vos lectures utilisez les catégories ci-dessous ou accédez aux 15 derniers articles ! Catherine

Le Blog de Catherine Barry : Méditation, Bouddhisme, Dalaï Lama, Tibet... Accompagnement des émotions et connaissance de soi: consultation....

Pour faciliter vos lectures utilisez les catégories ci-dessous ou accédez aux 15 derniers articles ! Catherine

Les 15 derniers articles publiés sur le blog

Vous méditez?!? est-ce vrai?

Bonjour, Il fut un temps, pas si lointain, où le bouddhisme et surtout le DaLai Lama étaient à la mode  en Occident. Cela commença quand Tenzin Gyatso reçu le prix Nobel de la paix en 1989 et continua jusqu’en 2008 environ. En 1997, un célèbre magazine hebdo titrait même: La France compte désormais plus de 5 millions de sympathisants bouddhistes! Les choses étant par essence impermanentes, soumises au changement, et une mode étant par définition éphémère, depuis une 12 aine d’année, une autre mode est apparue dans nos pays: la pratique de la méditation! Et, de plus en plus de personnes sont devenues des as de la méditation laïque. La méditation sauve de tout, guérit de tout, du stress, de la dépression, apprend à être un bon mari, amant, maîtresse, manager, parent, cuisinier…..  En clair, elle est le nouveau Graal de notre société. Toutes les classes sociales, toutes les générations, peuvent la pratiquer et essayer de mener désormais grâce à elle, une existence non-violente, sereine, apaisée, dans la bienveillance et l’amour!  La réalité est un peu différente. D’un côté, il y a la méditation qui est un nom générique et qui regroupe un ensemble de méthodes codifiées de bien-être destinées à diminuer angoisse, stress, à renforcer nos capacités, etc. Ces formes de méditation s’apprennent dans des bouquins, avec l’aide d’applis ou  grâce à des enseignants spécialisés : c’est du DEVELOPPEMENT PERSONNEL! Et, il y a la  médiation bouddhique, ce qui n’est pas du tout la même chose. Le bouddhisme originel propose une confrontation sans concession au réel. Le Bouddha enseigne que pour cela, nous devons nous exercer à: développer une vision juste qui...

Rencontre avec Fabrice Midal: De l’importance méconnue d’être narcissique

De l’importance méconnue d’être narcissique Par Catherine Barry Publié le 17/03/2018 A retrouver en totalité dans Lyon capitale.fr: http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Culture/Vie-et-Politique-Culturelle/De-l-importance-meconnue-d-etre-narcissique Entretien avec Fabrice Midal, auteur du best-seller Foutez-vous la paix, qui revisite dans son dernier ouvrage le mythe de Narcisse.  Chez Fabrice Midal, la provocation est un art assumé. De livre en livre (une vingtaine au total), de conférence en séminaire, il réveille en douceur mais fermement les consciences de ceux qui le suivent, en proposant des outils, des connaissances, des remises en question qui les aident à devenir autonomes et à prendre leur vie en main, en pleine responsabilité. Agitateur de neurones et d’idées toutes faites, il est devenu, en quelques années, l’un des philosophes majeurs de notre temps. Dans son dernier livre, Sauvez votre peau et devenez narcissique, il se plonge dans Socrate et Platon pour revisiter le mythe de Narcisse, en le débarrassant des interprétations apportées au cours des siècles. Et ça marche. Son livre précédent, Foutez-vous la paix, est un best-seller en France (plus de 100 000 exemplaires vendus à ce jour). Ses lecteurs trouvent en cet auteur des réponses de bon sens qui font écho à leurs propres questionnements. Rencontre avec un trublion, amateur de Montaigne, qui remet au goût du jour l’esprit critique français.   Impossible de lire cet ouvrage provocant sans entendre d’abord votre définition du narcissisme. En quelques mots, quelle est-elle ?Être narcissique, c’est se respecter. Juste ce geste : je respecte la personne que je suis. Or, voilà qui n’est plus du tout évident de nos jours. Nous nous maltraitons, nous jugeons durement et vivons dans une attitude de défiance par rapport à nous. Nous nous poussons si souvent...

La méditation pour apprendre d’abord à s’aimer

Bonjour La méditation n’est pas un processus magique qui va vous conduire  à réaliser un  bonheur béat. Bien au contraire. La méditation aide à développer clarté, lucidité, patience, empathie, compassion, générosité, ouverture à ce qui est et à l’autre, …., en permettant de se centrer, d’être présent à soi-même, et à devenir de plus en plus libre des besoins, des comparaisons, des désirs qui nous taraudent habituellement. Grâce à elle, nous découvrons ainsi les richesses incroyables de la vie et du monde. A condition de se concentrer d’abord soir soi, rien que sur soi….. et de cesser de se mêler des affaires de nos proches….. Très souvent, la plupart des pratiquants méditent pour être mieux « dans leur peau » ( c’est un aspect mercantile de la méditation), être de meilleures personnes, mieux se comporter envers autrui, moins réagir émotionnellement avec leurs proches…. Mais, en procédant ainsi, ils inversent le sens naturel  du mouvement de la méditation qui apprend à regarder d’abord en soi, en vérité, en amour, avant de pouvoir aider ou aimer les autres et s’intéresser sans pathos aux « affaires » du monde. Et, cela fait toute la différence.   Comme le dit en substance le Dalai-Lama, la 1ère étape est d’admettre que nous ne sommes pas des supers-héros de la transformation intérieure et de se comporter comme des égoïstes intelligents. Ce qui signifie: agissez d’abord égoïstement pour vous faire plaisir, être heureux, vous épanouir, vous faire du bien….. tout en respectant les autres …… Libérez-vous des croyances liées aux dictât moraux ou  aux préceptes religieux qui vous guident dans votre quotidien, sans que vous le perceviez, et le mouvement vers...

Chercher le bonheur en dehors de soi est illusoire: ouvrez votre cœur: il est là!

Bonjour Chercher le bonheur  en dehors de soi est illusoire. Ouvrez votre cœur: il est là! Nous voulons tous être heureux mais nous sommes persuadés que nous n’y parviendrons pas seul et nous cherchons à l’extérieur de nous des solutions qui ne peuvent pas conduire à trouver, la paix intérieure. D’où le nombre impressionnant de techniques qui se développent depuis quelques années dans le domaine du développement personnel. C’est vrai, elles sont parfois une aide momentanée et nous sommes nombreux à y avoir recours à un moment ou à un autre de notre vie, mais cela ne dure pas en général, et nous allons de méthode en méthode pour essayer de trouver des réponses à des souffrances affectives, à un stress, à des angoisses existentielles. Nous pouvons tous faire certains constats : -Aucune technique ne peut apporter le bonheur sur le long terme. Ce que vous expérimentez à un moment T, change très rapidement. C’est le propre de l’existence, être fluide, en transformation constante. – Personne d’autre que vous ne peut découvrir quelle est votre manière d’être heureux, je dirai plutôt d’être serein, dans l’Instant. Votre histoire est singulière, elle s’est construite sur des besoins, des envies, des peurs, une culpabilité, des croyances, qui en s’assemblant, vous ont enfermés dans cette histoire, dans vos souffrances et dans le monde que vous projetez à cause de ce passé. Ce mur intérieur vous cache ce que vous êtes vraiment, la réalité. Tout cela vous le pressentez. Faites-vous confiance. Regardez sans le juger ce qui se passe vraiment en vous et commencez à déconstruire cet échafaudage de croyances qui vous blesse si durement...

Quand le virtuel soigne. Entretien avec Rodolphe Oppenheimer

Depuis quelques années, la 3D, le virtuel s’invite dans de plus en plus de domaines de la vie courante. Au cinéma, les effets visuels et sonores que propose la 3D (cf. Avatar, Le Hobbit, L’Âge de glace, Spiderman) transforme la participation des spectateurs du tout au tout, en les précipitant à la place des héros dans le scénario “comme s’ils y étaient”, pour leur plus grand plaisir. Les jeux vidéo banalisent également son utilisation. Mais, bien loin du divertissement, un autre secteur semble tout aussi prometteur, celui de la santé psychique. La 3D est en effet utilisée désormais dans le traitement des phobies, des troubles obsessionnels compulsifs (TOC), des troubles anxieux. Une démarche efficace au vu des résultats, mais étonnante. Comment comprendre en effet qu’un patient accepte de s’immerger dans des mondes qui le terrorisent habituellement au point de provoquer des troubles comportementaux si envahissants qu’ils l’empêchent de profiter de tout un pan de sa vie sociale ? Pour décrypter ce phénomène, rencontre avec le psychanalyste Rodolphe Oppenheimer, l’un des experts de cette méthode en France, qui vient de cosigner un ouvrage sur le sujet* à l’intention des patients comme des professionnels. Vous utilisez la 3D pour une méthode innovante : la TERV, thérapie par exposition à la réalité virtuelle. C’est-à-dire ? Rodolphe Oppenheimer : La réalité virtuelle, comme vous le rappelez, devient de plus en plus présente dans nos vies. D’utilisation simple, les réactions visuelles, sensorielles, émotionnelles qu’elle suscite ont été étudiées par les scientifiques et le corps médical, ce qui a débouché notamment sur la mise en place de programmes de soins destinés à des personnes atteintes de phobie. Les phobies touchent 10 % de la population....

Inverser le regard : cesser de s’identifier à la souffrance

bonjour Nous vivons dans un monde où tout est fait pour nous distraire de notre intériorité. C’est le propre des systèmes de civilisation basés sur la consommation. Les distractions sont censées nous sauver de l’ennui, de la solitude, nous donner la possibilité d’échanger avec des proches en créant du lien social, …. La plupart occupent notre temps de cerveau disponible en provoquant des addictions mentales (smartphones, tablettes, etc) qui nous anesthésient intérieurement en nous coupant de notre profondeur, de ce que nous sommes réellement. Attention cependant à ne pas généraliser. Toutes les distractions ne vampirisent tout notre temps de conscience disponible au point de nous faire oublier d’être en lien entier et authentique avec nos proches et avec nous-même. A chacun de savoir quelles sont les distractions qui le révèlent, le complètent, l’aident à se questionner, lui ouvrent de nouvelles perspectives pour mener une existence plus sereine, apaisée…..   Nous sommes tous différents. Chacun gère son temps terrestre comme il l’entend. Il n’y a pas à conseiller, simplement à proposer des pistes de réflexion ou de méditation. A propos de la distraction, le dictionnaire Larousse propose deux définitions : La distraction est une disposition habituelle à l’étourderie ou état passager de quelqu’un qui manque de concentration : La distraction des savants est légendaire. Action de se délasser, de s’amuser. Activité qui divertir  Pour moi, se distraire signifie se donner les moyens de se distraire du monde ordinaire en apprenant à mettre moins de sérieux dans notre manière de vivre notre quotidien afin de s’autoriser à se libérer de toute identification à la souffrance. Sans en avoir pleinement conscience, nous nous comportons en permanence...

Méditer : quelques exercices : il n’y a pas de miracle à attendre de la méditation:

bonjour, Méditer est à la mode. Les personnes qui s’adonnent à la méditation le font pour diverses raisons: soigner leur mal être; trouver leur place; donner du sens à leur existence; réaliser une voie spirituelle….  Mais au bout du compte, quelle que soit leur motivation, toutes souhaitent fondamentalement une seule chose: trouver la paix intérieure et accéder à cette sérénité des « sages » qui semble parer l’existence de 1001 couleurs et leur donner accès à une autre manière de vivre que celle du commun des mortels.  C’est du moins ce que supposent beaucoup de pratiquants qui les côtoient. C’est oublier que tous ces sages sont d’abord des humains, comme nous et qu’eux aussi éprouvent des émotions, des sensations dans leur corps, leur cœur, leur esprit. Et, c’est même parce que nous partageons cette humanité avec eux qu’ils comprennent nos tourments, nos doutes, nos questionnements. Je suis très souvent étonnée en parlant avec certains « disciples » de constater le pouvoir de leurs croyances à propos de leurs enseignants. En caricaturant un peu, je peux dire que beaucoup les prennent pour des « robots », des êtres désincarnés hors du monde, de leur corps, de la réalité. Un maître est tout le contraire; pleinement humain, incarné, il est dans le monde et pas comme nous dans un monde fantasmé, illusoire, résultat de nos peurs et de notre culpabilité. Mais, revenons à une méditation que je qualifierai de Laïque, adaptée à notre époque et à nos sociétés. Est-il suffisant de « méditer » pour parvenir  à accepter chaque émotion ou circonstance douloureuse en étant moins affecté par les cataclysmes qu’elles provoquent habituellement? Est-il suffisant de méditer pour atteindre à ce...

Explorer et accueillir ses peurs c’est dire OUI à ses émotions négatives

  Bonjour Amis, Mille excuses de ne pas être régulière sur ce blog.  Cette rentrée, différentes obligations me laissent peu de temps. Je n’oublie pas cependant nos rendez-vous et nos échanges via vos courriels et réactions. Et, je reprends dès que je peux « la plume »….    Aujourd’hui, je vais vous parler de vos peurs, de nos peurs. Elles déterminent la totalité de nos réactions négatives dans la vie et dans nos relations; sont responsables de  nos déboires et des approches faussées, craintives, déformées, que nous avons vis à vis de certaines situations ou personnes; nous transforment en robot en nous privant de notre liberté fondamentale: ne pas se laisser dominer et manipuler par nos émotions perturbatrices.   Les peurs s’expriment par un ensemble d’émotion et de comportement. Il est très important de comprendre: que la colère, la culpabilité, la crainte, la dépression, le stress, la tristesse, l’abattement, la confusion mentale, la boulimie, l’anorexie, toutes les formes d’addiction, …, ne sont que quelques unes des expressions de la PEUR …. et de remonter à l’origine de la peur: nos pensées et nos croyances. Comprendre, accueillir ses peurs consiste à faire un voyage dans le temps, dans le passé, dans la mémoire, EN CONSCIENCE. Nous ne nous en rendons pas compte mais nous vivons en permanence dans le passé: souffrances de l’enfance, de l’adolescence; frustrations; comparaisons; dénigrements permanents vis à vis des autres et de soi-même…. etc…… A des moments T du passé, nous avons construit des images mentales, pensées et croyances, de nous même qui sont  enkystées et invalidantes.  Nous en souffrons mais ces pensées, croyances, images, déterminent notre identité,...

Lâchez-prise au quotidien et libérez-vous de vos peurs….

Chers vous, Lâcher-prise, c’est ne RIEN retenir de ses croyances, concepts, certitudes, peurs, culpabilité, émotions, pensées, souvenirs… Lâcher-prise c’est ne rien retenir en soi, dans son esprit, dans son corps, de ce qui nous caractérise habituellement et qui nous définit à nos yeux et à ceux des autres dans le monde ordinaire des apparences. Lâcher-prise c’est se retrouver symboliquement nu comme un bébé qui naît. Il n’est pas possible de choisir ce que l’on veut bien accepter de lâcher ,ou pas, quand on lâche-prise.  Soit nous le faisons, soit  nous  restons figés dans notre identité.  Il n’y a pas d’autre alternative. C’est pourquoi le LP est décrit comme une libération totale des peurs, des émotions conflictuelles, etc, par ceux, très rares en réalité, qui en ont fait l’expérience. A partir de quoi s’opère le LP ? A partir de l’Esprit sage, lumineux et non à partir de l’ego ou du mental confus….. Tout est  et provient de l’Esprit, y compris le mental mais comme le dit le Dalaï Lama:  « Notre esprit ressemble à un singe agité emprisonné dans une maison  vide. A cause de lui, nous voyons le monde de manière parcellaire. Nous passons d’une perception à l’autre sans prendre le temps de nous questionner, d’analyser les sensations éprouvées. Nous agissons sans anticiper les conséquences que nos émotions génèrent. »L’esprit, sa nature, ses modalités, sont au cœur de la méditation. Quand nous méditons, nous explorons et expérimentons ses différents aspects. Nous apprenons à les percevoir, à les ressentir, à les éprouver, à les canaliser. Etape par étape, nous travaillons à les rendre libre des émotions et des raisonnements négatifs qui les maintiennent dans...

Rencontre : Vivre serein dans la banalité du quotidien: The Work avec Byron Katie :

Bonjour amis, Il est des rencontres qui marquent une vie. Celle avec  Byron Katie, le 1er  juillet dernier à la Maison de la Chimie à Paris est, pour moi, de celle-là. Ce jour-là, un ami m’invite à écouter cette américaine de 74 ans venue présenter en France  « sa méthode », « The Work » et son dernier ouvrage, « Libre, un mental en paix avec lui-même » (Synchroniques Editions) ; livre co-écrit avec Stephen Mitchell, grand érudit et traducteur incontesté des sagesses philosophiques et poétiques majeures asiatiques. Un peu blasée par les discours formatés qui se déclinent à l’envie dans la plupart des stages de développement personnel ou dans certains centres de spiritualité, je m’attends à m’ennuyer un peu. Ce ne sera pas le cas. Rien de connu ici des speeches habituels tenus par les papes du bien-être ; pas de vague promesse sur d’éventuelles réalisations intérieures à venir ; pas de déclaration pompeuse garantissant le bonheur en quelques séminaires, mais la présentation simple et pragmatique par Byron Katie, de sa méthode « The work », littéralement le travail qui repose sur 4 questions précises, toujours les mêmes, et les retournements de leurs réponses qui sont des façons de vivre à l’opposé de ce que l’on croit. BK, nous propose très vite de  l’expérimenter et d’explorer l’une de nos croyances en remplissant une feuille, « jugez vos semblables ». Le point de départ du questionnement est le souvenir d’un instant émotionnel qui s’est cristallisé dans le passé autour d’une situation donnée: l’infidélité d’un conjoint, la détestation d’une voisine, un conflit avec ses enfants, un problème d’argent, etc. Nous pouvons donc tous trouver facilement un exemple qui nous concerne. Les feuilles remplies,...

Mon cadeau de la rentrée: vivre heureux dans la banalité du quotidien: rencontre avec Byron Katie….

Bonjour à tous,  cet été j’ai rencontré  une femme remarquable : Byron Katie, un être éveillé à la réalité du monde… Depuis toujours la spiritualité est le fil rouge de ma vie. Sur ce chemin, j’ai eu le privilège de rencontrer de très grands maîtres tibétains, Le Dalaï Lama, le Karmapa, Trulshik Ripotché, Sakya Trizin, Dzongsar Rinpotché, Tulku Pema Wangyal, le vénérable Dagpo Rinpotché, Ani Patchen, Kandro Rinpotché et d’autres êtres d’exception comme Arnaud Desjardins et à travers lui la sagesse de son maître hindou Swami Prjananpad, etc. Leur sérénité joyeuse, leur cohérence intérieure, la possibilité de m’engager sur une voie toujours vivante m’ont donné envie de les suivre. Grâce à eux, j’ai appris à méditer, à travailler sur mes émotions négatives, à devenir plus libre des situations causes de souffrance et à me sentir de plus en plus souvent en paix avec moi-même mais la grande stabilité intérieure que ces sages manifestaient me faisait toujours défaut. Ils vivaient au présent, pas moi. Prenant conscience que les connaissances et techniques  accumulées  ne m’y aideraient pas, le bouddhisme enseignant à remettre en question tous les concepts, tous les dogmes, je suis donc revenue aux enseignements de base du Bouddha et notamment au 1er d’entre eux qui dit en substance:  « Ne croyez rien que vous n’ayez vous-même expérimenté. Soyez votre propre lampe ». Je l’avais oublié  en fréquentant des sages et en vivant dans le monde fantasmé de la spiritualité que je rêvais. Je devais donc revenir à mon expérience et m’appuyer sur  un constat incontestable: mes pensées, mes croyances, mon attachement à mon histoire sont à l’origine de mes souffrances, évidence...

Faites-vous un cadeau cet été: apprenez à ne plus vous bagarrer contre la vie et vos pensées

Bonjour, C’est l’été, un temps dédié en partie aux loisirs, aux congés. Aussi, profitez-en pour cesser la course, perdue d’avance,  que vous menez toute l’année contre vous-même, contre vos émotions, vos peurs, vos habitudes mentales,vos croyances, ce que vous êtes profondément. Cessez de vous bagarrez contre la vie, c’est  une bataille perdue d’avance et vivez pleinement chaque expérience que vous allez traverser. Il n’y a rien de plus difficile, c’est même souvent une épreuve tant nous nous refusons en permanence tout ce qui nous dérange en nous ( en croyant que tous nos problèmes incombent aux autres ) mais c’est la clé pour apprendre à accueillir sans à priori tout ce que l’existence propose. Aussi, si vous ne voulez plus pratiquer la politique de l’Autruche vis à vis de vous-mêmes, et que vous en avez assez de tous les ouvrages de développement  personnel, et de suivre des maîtres experts en bonheur frelaté, alors achetez les deux livres de Katie Byron qui pourront vous aider à commencer un travail réel pour comprendre qui vous êtes et rencontrer la belle personne que vous êtes mais qui  vous demeure encore  inconnue. Le dernier « Libre, un mental en paix avec lui-même », qui malgré le texte de présentation ci-dessous par l’éditeur s’adresse à tout un chacun:  Comment se poser quatre questions peut libérer votre esprit, ouvrir votre cœur et transformer votre monde. À travers un commentaire du célèbre Soûtra du Diamant, Byron Katie nous présente sa perception du monde et la démarche de questionnement personnel appelé le Travail. Le Soûtra du Diamant est un court texte bouddhiste et l’un des plus étudié dans le Zen. Sous...

Vous n’êtes pas que vos émotions et vos pensées…

BONJOUR La pensée naît événements de l’expérience vécue et elle doit leur demeurer liée comme aux seuls guides propres à l’orienter. C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal. » Hannah Arendt  AINSI…..Vous n’êtes ni vos pensées, ni vos émotions.  Mais, quand elles ne sont que REACTIONS, sans réflexion, sans recul, à un événement vécu; que vous ne les maîtrisez pas et qu’elles vous emportent, elles témoignent de souffrances que vous n’avez pas pu évacuer lorsqu’elles sont survenues; de frustrations vécues dans l’enfance ou la petite adolescence; d’échecs à répétition; de non-dits accumulés; de jalousies; de manques; bref d’un non-amour que vous avez ressenti dans certaines circonstances et qui vous a empêche de construire votre confiance en vous, dans les autres, dans l’existence….. CHAQUE FOIS que vous agissez, sous l’emprise de vos pensées et émotions, ce n’est pas l’adulte qui agit mais l’enfant malheureux en vous,. Vous ne vivez pas dans le moment présent. Sans vous en rendre compte vous êtes restés ancré dans un passé douloureux. Vous n’êtes pas libre de vos choix, de vos réactions, vous êtes le pantin de vos pensées et de vos émotions. Cela posé, INUTILE DE LES FUIR…. regardez-les avec tendresse, respect, affection car elles vous sont une expression de vous dans le moment, et vous disent sur quoi vous devez travailler. N’allez pas chercher des théories fumeuses pour expliquer, comprendre, votre mal être. Cessez de vous en repaître inconsciemment et bossez sur ce qui se présente à vous dans le moment. Les relations de travail et à l’argent: deux révélateurs de ce que l’on est:  ainsi vos pensées et vos émotions résultent de circonstances données. Ce...

la force de l’esprit!

Bonjour, « Celui qui obéit au texte sacré au pied de la lettre peut commettre des crimes. »  Paul de Tarse Les événements tragiques que l’occident connait à cause du terrorisme illustrent cette phrase pleine de sagesse de Paul de Tarse. Paul l’un des disciples de Jésus. Que nous soyons croyants ou pas,  cette phrase nous parle à tous, en ce moment. Je l’ai trouvé en cherchant la signification de la Pentecôte. Bouddhiste depuis bien plus longtemps, que je n’ai pratiqué la religion de mes parents, j’ai oublié le sens profond de cette fête. Je me souviens simplement qu’elle parle de l’esprit. Tout ce qui touche à l’esprit m’intéresse au plus haut point en tant que bouddhiste et pratiquante notamment de la méditation. De manière très très résumée, le bouddhisme et la méditation consistent notamment à prendre en compte à chaque instant l’esprit dans toutes ses manifestations et composantes possibles : émotionnelles, mentales, corporelles. Puis, en partant de ces expressions concrètes, à noter sans le juger, ce qui se passe afin de s’efforcer d’accompagner notre esprit là où nous souhaitons l’amener. En général vers des états plus conscients, plus sereins, et plus libres de nos conditionnements habituels. Mais ici, de quelle forme de l’esprit, est-il question? Nous sommes dans une religion monothéiste, l’esprit est-il une façon de concevoir, d’exprimer Dieu  ou de parler de nous, les hommes ? Il est dit dans les textes qu’au moment de la Pentecôte, « l’esprit descend sur les apôtres réunis ». J’aime à croire, tout particulièrement en ce moment où tant événements dramatiques se déroulent en Europe et dans le monde, qu’ici l’esprit symbolise l’amour, le partage, la fraternité....

Accepter sa vulnérabilité pour vivre, serein, dans le monde

chers tous, Les nouvelles de ce matin sont terribles: un nouvel attentat en Grande Bretagne nous plonge dans l’horreur du terrorisme et nous confronte à l’incompréhension de cette violence aveugle d’êtres humains contre d’autres humains. De nombreuses personnes se sentent vulnérables dans ce type de circonstance, et c’est normal. Se sentir vulnérable, c’est accepter toutes les facettes de notre humanité, comprendre que nous sommes tous semblables, des frères et sœurs qui essayent de cheminer, chacun comme il le peut, le plus sereinement possible dans ce monde dépourvu parfois de sens; et c’est aussi se donner les moyens de trouver en soi l’envie d’agir avec toujours force pour instaurer des relations basées sur l’éthique, la compassion, la tolérance. « La vulnérabilité est belle parce que la vulnérabilité est une marque d’existence. »Simone Weil  Ainsi, faire l’apprentissage de votre vulnérabilité vous apprendra à ouvrir pleinement votre cœur et votre esprit à ce que vous vivez, sans rien rejeter ; à être respectueux  vis à vis de ceux qui vous entourent ; à vous établir dans votre propre bonté et à voir celle d’autrui ; et à être serein. Tout le monde éprouve ce sentiment à un moment ou à un autre de son existence mais, en général, nous n’en parlons pas car « cela ne se fait pas ». Ce qui est regrettable, car refuser et fuir ce sentiment de tendresse empêche d’entrer en contact avec une partie importante de soi-même. Savoir que cette expérience est partagée par tous les humains aide à l’accepter, à moins en souffrir, et autorise à apprendre à utiliser à notre avantage l’énergie de la vulnérabilité, cette force que nous réprimons et ne savons pas...