contact@catherine-barry.fr

Le Blog de Catherine Barry : Méditation, Accompagnement personnalisé des émotions, Bouddhisme, Sagesse laïque, Spititualité...

Pour faciliter vos lectures utilisez les catégories ci-dessous ou accédez aux 15 derniers articles ! Catherine

Les 15 derniers articles publiés sur le blog

Le Dalai Lama repart en Inde : souhaitons que sa Sagesse soit durablement contagieuse….

  bonjour à tous, Si vous n’avez pas croisé durant son séjour en France le Prix Nobel de la Paix et que vous le regrettiez, regardez ses interventions et ses enseignements en vidéo notamment sur Dailymotion.  Le net est devenu une ressource fantastique pour pouvoir retrouver et vivre, de tels moments d’exception. Aussi, n’hésitez pas, que ce soit les vidéos intégrales de l’enseignement et de la conférence publique à Strasbourg ou des extraits de ses interventions à Paris, découvrez la sagesse exceptionnelle de cet homme quand il parle des émotions, de la compassion, des jeunes, de l’environnement, de la non-violence, de la nature de l’esprit, des migrants….. et, plongez instantanément au cœur de cette atmosphère chaleureuse et bienveillante unique qu’il installe dès qu’il commence à s’exprimer. Une ambiance où les moments de grands sérieux alternent avec des instants très drôles, en nous procurant un sentiment de joie rare qui éclaire et illumine le quotidien. Parmi les questions abordées : – l’éducation des jeunes : LE sujet prioritaire pour sa Sainteté. Changer le monde ne peut que se faire qu’en changeant d’abord soi-même. Et,  cela s’apprend dès le berceau. -Le dialogue inter-religieux : il est au centre de ses préoccupations depuis 1975. Il n’a donc pas attendu comme certains le disent que le sujet soit à la mode. L’amour, le partage de valeurs séculières laïques universelles, la tolérance, le respect, la compréhension de l’autre et de sa tradition y compris dans ses différences….. Tout cela, manifeste sa compassion en action. – la méditation de la Pleine conscience : à la mode certes mais qui ne représente pas grand-chose de la tradition bouddhiste telle qu’elle est véhiculée en occident. il recommande la méditation...

Pourquoi écouter le Dalai Lama lors de sa visite à Paris et à Strasbourg?

Bonjour, Cela ne vous a sas doute pas échappé, Sa Sainteté le Dalai Lama sera en France à partir du 12 septembre. Contrairement à ce qui se passait dans les années 90-2000, le bouddhisme n’étant plus à la mode, pourquoi écouter et être attentif, encore et toujours, à ce que dira le Dalai Lama lors de son séjour? Sa parole est-elle encore audible dans le monde actuel, en apparence si violent, si intolérant, si égoïste? Peut-on se laisser toucher par le prix Nobel de la Paix quand nous l’écouterons parler de tolérance, de responsabilité universelle, de compassion, de solidarité, de compassion, au point de vouloir changer et agir? Nous le savons tous par expérience, nous aimerions tous incarner ces valeurs séculières mais au quotidien, les excuses, le manque de conscience, le défaut de courage, le manque de diligence, la peur de l’autre, la crainte de manquer, nous empêchent trop souvent de les vivre. Alors, pourra t’il nous convaincre d’agir enfin autrement? Je  suis intimement persuadée que OUI. Car il y a urgence ( environnement, économie, guerres, etc….. ) et parce que, pour moi, sa parole est chaque jour importante à méditer, à réfléchir, à analyser.  Elle nous confronte sans concession, sans langue de bois, à ce que sont nos responsabilités d’être humain; ce qui donne du sens à ce que nous faisons et  fait nous sentir vivant. Savoir, en voyant son exemple, que nous pouvons être possiblement  un meilleur être humain, donne envie d’agir, jour après jour,  à notre rythme, pour participer à construire ce monde autrement? Nous pouvons donc l’entendre et nous laisser toucher par cet homme simple et bon qui loin des...

Une rentrée sous le signe du bon sens!

bonjour à vous, Une « bonne » rentrée sereine, apaisée, épanouissante, vous trouve – si tout va bien et si vous n’êtes pas souffrant- rechargé en énergie. La rentrée, avec ou sans enfants, en septembre ou à un autre moment de l’année, en couple ou pas, est donc toujours un moment privilégié pour penser et visualiser la manière dont vous souhaitez mener à bien votre l’année. Ce, à quoi, vous pouvez me répondre que les bonnes résolutions de la rentrée sont comme celles du nouvel an, elles ne tiennent jamais. Et, vous avez raison. Nous sommes tous passés par là. Pour que cela marche, vous devez vous engager vis de vous-même et seulement de vous-même à ne plus subir vos émotions, vos pensées, votre culpabilité, votre fatigue, vos tensions et à les regarder avec bienveillance. Cela vous permettra de les accueillir, tels qu’elles sont, sans essayer de les tordre, de les transformer, de les manipuler afin qu’elles soient lus conformes à l’image que vous vous faites de vous. Second point très important, en ce qui concerne vos proches, essayez de leur laisser faire leurs choix. Obligee autrui à aller au même rythme que vous, à vous suivre dans vos ballades interminables du dimanche ou à méditer est une démarche fusionnelle et envahissante qui ne laisse pas aux personnes que vous embarquez dans vos envies, la possibilité de se découvrir. Si vous avez des enfants, il y a un juste milieu à trouver mais le conseil de la rentrée : laissez vos proches respirer sans vous, dès que vous le pouvez ! Les vacances permettent en général de récupérer de l’énergie. L’énergie de retour...

Vous êtes responsables de votre vie: devenez libre de vos pensées négatives

Profitez de la période estivale pour prendre soin de vous: changez le regard que vous posez sur le monde et devenez livre de vos pensées négatives: c’est l’histoire du verre à moitié vide et le verre à moitié plein   « Nous saisissons la nature fondamentale des êtres et des phénomènes de manière erronée, distordue, à partir de notre ego et de nos émotions. Nous oublions que la réalité est faite de deux aspects, de deux vérités complémentaires et indissociables. Quand les choses apparaissent et se matérialisent de manière relative, non autonome, en fonction de causes et de conditions, c’est la vérité relative. Quand elles se manifestent au plan de leur nature fondamentale, qu’elles n’existent pas en elles-mêmes, mais en interdépendance, c’est la vérité ultime. » Tenzin Gyatso   Deux faces pour une même pièce, deux vérités pour une même réalité, c’est l’histoire du verre à moitié plein et du verre à moitié vide et c’est aussi la manière dont nous appréhendons ce qui nous arrive. Quand nous avons pris l’habitude, depuis l’enfance, de ne voir que le verre à moitié vide, et de n’être jamais contents de ce que nous vivons, nous continuons devenus adultes à faire de même. Ce processus mécanique, automatique, nous contraint à désirer toujours plus, toujours autre chose, pour tenter de combler le vide intérieur né de cette insatisfaction chronique. Si c’est votre cas, et que vous voulez être heureux, vous devez donc modifier ce ressort intime. L’exercice suivant vous y aidera. Exercice : Chaque soir, avant de vous coucher, installez-vous confortablement dans un endroit calme et notez sur un cahier destiné à cet effet les principaux événements...

C’est l’été: lâchez-prise en méditant sur des phrases de sagesse

bonjour, Que vous travaillez ou soyez en congés, profitez de cette période où le soleil est là, les gens plus détendus ( en général) pour vous octroyer des plages dans la journée ou le soir pendant lesquelles  vous vous laisserez porter par des phrases simples, mais très inspirantes, de sagesse. Nul besoin de faire des exercices compliqués à longueur de journée pour donner du sens à ce que vous faites ou pour essayer de retrouver joie, confiance envers l’existence et empathie envers les autres. De simples phrases peuvent vous inciter à cela et vous permettre de relancer une dynamique intérieure éteinte à cause de la fatigue, des circonstances que vous traversez…. Pour commencer cet exercice, je vous propose ces 4 phrases qui, j’en suis certaine, trouveront un écho en vous .   « Rappelle-toi, que si un rien fait souffrir un rien aussi fait plaisir.  Rappelle-toi, que tu peux être semeur d’optimisme, de courage, de confiance. Rappelle-toi que ta bonne humeur peut égayer la vie des autres. Rappelle-toi que tu peux, en tout temps, dire un mot aimable. Rappelle-toi que ton sourire non seulement t’enjolive, mais qu’il embellit l’existence de ceux qui t’approchent. Rappelle-toi que tu as des mains pour donner et un cœur pour pardonner. » Thomas Merton   « Ainsi ai-je entendu le Bienheureux Bouddha alors qu’il enseignait dans un bois de bambous : Supposons ô Brahmanes que vous connaissiez une personne libre de ses passions, de ses affections, de ses désirs, et de toute angoisse concernant son être et son corps. Si cet individu est atteint d’une maladie grave, alors il ne sera ni triste ni ne geindra ni ne tombera dans une dépression sévère car...

Apprivoiser la vieillesse et la mort

Bonjour, Je suis frappée par le nombre de personnes qui me demandent, en ce moment, de les conseiller pour les aider à mieux comprendre et à mieux accompagner leurs proches vieillissants, par le grand nombre de soignants qui se trouvent également démunis pour guider les personnes âgées dont ils s’occupent ainsi que leur entourage.   Dans nos civilisations, la mort fait peur puisque rares ceux sont ceux qui s’y préparent mais la vieillesse encore plus. De Gaulle disait d’elle « qu’elle est un naufrage » car pour cet homme d’action et de pouvoir, en réduisant nos capacités, elle anéantissait toute possibilité  de faire.  En Asie, en revanche, elle est préparation consciente à la mort, et c’est non pas plus réjouissant mais plus serein de l’envisager dans cette perspective. Le bouddhisme ne propose pas une vision de la vie «  peace and love » mais pragmatique et réaliste. Ses méthodes, ses enseignements philosophiques visent à entraîner l’esprit à ne plus subir le joug des émotions négatives et à découvrir qui nous sommes réellement quand nous n’avons plus peur de vivre et des circonstances. C’est vrai, je suis enracinée depuis plusieurs dizaines d’années  maintenant dans le bouddhisme. Chacune de mes pensées, de mes émotions et chaque souffle qui m’anime, sont marqués par son empreinte. Mais pas seulement. Née en Occident, le baptême m’a inscrite dans la religion catholique, et ma quête incessante de Sens m’a conduite depuis l’enfance, à découvrir, à étudier et à communier avec les autres religions et spiritualités du monde, allant parfois jusqu’à en pratiquer certaines afin de m’en imprégner au plus près. Au cours de ces années, je me suis connectée...

Quand la quête de soi passe par la quête des origines

bonjour,  nous sommes tous en quête de sens et donc en quête de nous-mêmes. Trouver sens à son existence, c’est trouver sa place et pouvoir enfin répondre à cette question fondamentale que nous nous posons tous, à un moment ou à un autre de notre vie: qui sommes-nous derrière nos masques sociétaux, notre éducation, ce qui nous constitue aux yeux des autres? Doan Bui y répond à sa manière, en partant à l’origine, à la source, et en remontant l’histoire de ses parents….  Et c’est pour cela que son dernier livre nous concerne tous. Commencer la lecture du dernier livre de Doan Bui, « Le silence de mon père » aux éditions L’iconoclaste, c’est plonger corps et âme dans un récit romanesque bouleversant qui surprend, captive, intrigue, enchaîne et maintien en haleine jusqu’à sa conclusion. De page en page, Doan Bui, Grand reporter au Nouvel Obs, brillante journaliste – elle a obtenu le prestigieux Prix Albert-Londres en 2013-, réalise en effet l’exploit de nous impliquer dans la quête de ses racines au point de nous amener, sans même que nous le percevions toujours, à nous interroger sur nous-même et sur notre propre histoire familiale. Histoire dont nous préférons penser que nous connaissons tout, ou du moins l’essentiel, et à laquelle nous nous identifions en général par facilité, habitude ou pour ne pas remettre en question ce qui nous a construit. Cette enquête à la recherche du père de l’auteure, du Mans à Paris, en passant par Hanoi et la Chine, se lit comme un thriller qui, en explorant les secrets et les non-dits qui se cache parfois derrière certains traits de caractères ou types de comportements...

SE FAIRE DU BIEN EN RESTANT CHEZ SOI

  bonjour, Nous sommes tous trop pris par le temps: la famille, le boulot, nos proches….. Et nous avons parfois envie d’être accompagné, aidé, sans savoir à qui s’adresser ou sans avoir l’énergie de se rendre, après le boulot, les enfants, ou toute autre activité qui nous prend pleinement, dans un centre dédié à l’accompagnement et au bien être. Si c’est votre cas, cette plateforme,ServicesYou, à laquelle je participe, est pour vous. ServicesYou est la première plateforme de coaching en visioconférence. Plus besoin de vous déplacer, les coachs sont disponibles de façon interactive en vidéo 7j/7. Vous pouvez utiliser cette application sur un PC, un MAC, un Smartphone ou une tablette ! + de 80 services sont disponibles dès maintenant à partir de 10€.   Si cette démarche vous intéresse,où que vous soyez dans le monde:  regardez: www.servicesyou.com   Belle route          ...

comment faire face aux circonstances difficiles?

Bonjour, Accepter ses problèmes, les circonstances difficiles: faciles à dire me direz-vous mais moins facile à faire. Et, vous aurez raison. Mais tout comme savoir regarder le verre à 1/2 plein, plutôt que son coté à 1/2 vide s’apprend, faire face aux événements difficiles, afin de les mettre en perspective et trouver une solution adaptée aux circonstances, s’apprend aussi. Si vous le faites, vous subissez moins ce qui vous arrive; vous ne vous situez plus en victime; et en agissant vous  mobilisez au mieux toutes vos ressources intérieures.  De plus, en cessant de faire la politique de l’autruche quand des événements désagréables surviennent, vous  vous enracinez dans le présent et ne passez plus à coté de vos vies. Alors n’attendez plus, et faites de chaque instant, des moments de paix intérieure et de sérénité. « Tout ce qui vient à vous, vient à vous parce que vous l’avez attiré. Tout ce qui vient à vous, vient à vous comme un défi et comme une opportunité pour progresser. Vous n’avez pas le pouvoir de faire disparaître le malheur mais vous avez celui d’accueillir la souffrance. En procédant ainsi, celle-ci cesse d’être douloureuse, et le visage du monde change. Il n’y a plus d’épreuves, il n’y a que des bénédictions. Tout concourt au bien de ceux qui sont engagés sur le chemin de la Libération. Tout sans aucune exception. » Swami Prajnanpad Nos souffrances psychiques et affectives sont liées à nos émotions conflictuelles : la colère, la haine, l’ignorance, le désir non canalisé, l’orgueil, le mensonge, les vues incorrectes. Les jugements qui en découlent transforment facilement et rapidement tout incident, aussi minime soit-il, en problème plus ou moins important. C’est le jeu...

La douceur de l’interdépendance: se savoir relié aux autres et au monde

  bonjour, « Je suis plus vaste que je ne le pensais. Je ne savais pas que je contenais tant de bonté ! » Walt Whitman  Le bon coté de la mondialisation est de nous montrer chaque jour que nous sommes tous liés, à un niveau ou à un autre. Nous ne pouvons donc plus dire que nous ne le savons pas. L’économie, la science, le réchauffement climatique démontrent le contraire chaque jour. Prendre conscience de cette réalité et des lois qui la régissent conduit à développer, par choix, le sens des responsabilités et des qualités humaines telles que la générosité, la compassion, la tolérance, le respect. La loi de l’interdépendance montre en effet que nous subissons toujours, à plus ou moins long terme, d’une manière ou d’une autre, les conséquences de nos actions négatives et positives. Comprendre et accepter que nous sommes tous soumis aux principes de cette loi devrait amener à une véritable révolution des consciences et des comportements. Dans ce contexte, il serait immature et inconsidéré de continuer à agir sans penser aux conséquences de nos faits et gestes. Alors, prenons acte de cette réalité et oublions les contraintes qu’impose le fait de dépendre les uns des autres et d’être sous influence en permanence, pour découvrir la douceur de se savoir interdépendants.                                                                                                                     Exercice : Vous...

Les maladies mentales sont des maladies comme les autres….

bonjour, Il est grand temps de changer le regard que nous posons sur les troubles ou pathologies mentales. La littérature et la pratique médicale passées prouvent si vous avez besoin d’en être convaincus que nous avons trop souvent maltraités, déconsidérés, les malades qui souffraient de ces pathologies. Heureusement des Psychiatres comme Boris Cyrulnick ou le Professeur Pelissolo se battent depuis des années pour que nous transformions radicalement notre approche de  ces troubles comme le montre cet interview réalisé avec le Pr Pelissolo  et dont je vous propose un extrait:         Déstigmatiser les troubles mentaux ! Rencontrer le psychiatre Antoine Pelissolo, c’est entrevoir ce que sera demain, notre manière d’appréhender les troubles psychiques et mentaux. Chercheur, médecin hospitalier, il est en France l’un des pionniers d’une nouvelle discipline, la psychiatrie positive, qui nous invite, grand public et médecins, à bousculer nos idées reçues sur la  phobie, la dépression, l’addiction et des pathologies comme l’anxiété, la bipolarité ou la schizophrénie. Cette approche, en changeant en profondeur le regard que nous posons sur les pathologies mentales, nous conduit à les envisager non plus comme des pathologies à part, mais comme n’importe quelle autre maladie, ce qui facilite une meilleure prise en charge des patients. Nous sommes tous concernés par cette révolution des mentalités. Qui n’a pas en effet dans son entourage, un proche qui, un jour, a été taraudé, emporté, obsédé par des émotions extrêmes, envahissantes, pénalisantes au quotidien, du fait de peurs-panique, d’anxiété, de crainte de l’abandon ou de dépendance à un être ou à une substance? Le dernier livre du Pr Pelissolo « Retrouver l’espoir » publié chez Odile Jacob, un abécédaire,...

Save the date: Paris les 4 et 5 juin 2016 VISITE HISTORIQUE DU 17ème KARMAPA, SA SAINTETÉ KARMAPA OGYÈN TRINLÉ DORJÉ

Bonjour à tous, Un événement exceptionnel à Paris, les 4 et 5 juin prochains : La visite historique d’Orgyen Trinley Dorjé, le 17ème karmapa, l’un des trois plus grands dignitaires du bouddhisme tibétain. Orgyen Trinley Dorjé est ce jeune-homme courageux et déterminé de 14 ans, qui, en janvier 2000, bouleversa la communauté internationale en s’enfuyant du Tibet, pour rejoindre au péril de sa vie, le 14ème dalaï-lama, à Dharamsala en Inde. Son exploit, relayé par la presse dans de nombreux pays, marqua les esprits d’une grande partie de la population mondiale. Le jeune moine n’hésita pas en en effet à les dangers de l’hiver Himalayen, pour pouvoir poursuivre, librement, son éducation religieuse auprès du leader religieux et politique des Tibétains, le 14ème Dalaï Lama. Né le 26 juin 1985 dans la région autonome du Tibet, Orgyen Trinley Dorjé fut reconnu en 1992, par le 14e dalaï-lama, le gouvernement chinois et les principaux dirigeants de l’école Karma-kagyu du bouddhisme tibétain, comme la réincarnation du 17e karmapa. Ce qui attribua d’emblée à l’enfant de 7 ans, le statut de numéro 3 dans la hiérarchie religieuse tibétaine ; le dalaï-lama, chef religieux et temporel des tibétains -jusqu’en 2011-, occupant la 1ère place et le Panchen lama, la seconde. Cette reconnaissance conjointe, bouddhiste-tibétaine et laïque-chinoise, confère une importance symbolique très particulière, à Orgyen Trinley Dorjé. Il est en effet le seul dignitaire religieux tibétain réincarné, à avoir été reconnu, à ce jour, à la fois par le dalaï-lama et le gouvernement chinois. Agé aujourd’hui de 31 ans, cet héritier spirituel du 14ème Dalaï Lama, représente, du fait de sa jeunesse et de ses...

Se libérer de la peur pour vivre sereinement avec soi et au milieu des autres

Bonjour, « Litanie contre la peur du rituel Bene Gesserit : Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi. » extrait de DUNE ( à lire absolument ) Nous sommes tous confrontés à la peur, à des peurs, dans notre quotidien. Très tôt dans mon adolescence, j’ai su l’importance de « travailler » sur et avec mes peurs de manière à ce que je puisse passer de la survie à la vie et découvrir, qui j’étais, réellement, profondément, derrière ces masques, ces tromperies de l’ego, qui me cachaient à moi-même, en déformant la réalité. Cette aventure, car cela en est une, intense, absolue, essentielle, n’est pas achevée mais je sais désormais que chaque petite et chaque grande bataille gagnée sur mes peurs, sur toutes ces petites morts intérieures sont une joie, une victoire, un pas de géant qui terrasse les mauvaises habitudes de pensée et d’action qui engloutissent mon esprit dans le néant de l’ego. Au début, emporté par la tornade de sentiments, d’émotions, de désirs, souvent contradictoires, dans laquelle je me débattais, je ne percevais pas toujours la chance que j’avais de pouvoir avancer sur ce chemin de vie. Puis cela devient une évidence. Sur l’instant, quand nous sommes confrontés à la peur, nous ne pouvons pas imaginer que quand nous aurons franchi le tunnel de non-sens dans lequel nous avançons,...

Suivre une voie spirituelle: faire tomber les masques!

« On a toujours le choix. On est même la somme de ses choix. »  Joseph O’Connor bonjour, La mode de la méditation fait penser à beaucoup de ceux qui la pratiquent, qu’ils suivent une voie spirituelle laïque et que le bonheur et la libération de la souffrance sont, grâce à cette unique méthode, au bout du chemin. Mais, il n’en est rien. Suivre une voie spirituelle, est une approche exigeante, implacable, qui confronte quotidiennement à l’expérience sans concession et souvent douloureuse, au début, du réel. Mais, c’est ce face à face absolu, unique, avec soi-même, qui amène et oblige le disciple à laisser tomber masques, illusions, faux-semblants et lui apprend à vivre en union totale avec son expérience, sans éprouver de peur, et de plus en plus sereinement. Sur ce chemin, la méditation est une méthode parmi bien d’autres qui aide le disciple à avancer, à transformer, à amadouer, à pacifier, le mental et l’ego; à se mettre à nu symboliquement; à déployer son cœur, sans peur; et à devenir lucide.        En ce qui me concerne, sur cette Voie, mes rencontres avec Arnaud Desjardins, mes maîtres tibétains : Sa Sainteté le Dalaï Lama, Tulku Pema Wangyal, le vénérable Dagpo Rinpotché, Trulshik Rinpotché… et des pratiquants comme Ani Patchen, Matthieu Ricard, Gérard Godet, Yanhe le Toumelin, Marie-Stella Boussemart, Catherine Despeux, Christophe Massin, contribuèrent à changer foncièrement ma vision du monde. Mais, ne nous leurrons pas. Contrairement à celui des thérapeutes, le rôle des maîtres, toutes traditions confondues, n’est pas de réparer les manques et les blessures de l’enfance. La transmission spirituelle relève d’un autre ordre. Khandro Rinpotché, l’une des rares femmes maîtres bouddhistes, dit...

La tendresse et l’amour pour lutter pacifiquement contre la violence!

Bonjour à tous, L’actualité et le climat de guerre actuel nous touchent tous, de plein fouet. Nous devons réfléchir aux pensées, émotions, comportements à privilégier et à adopter dans ce type de circonstance, afin de ne pas risquer de se perdre, et de ne pas renoncer aux valeurs éthiques qui guident nos pas chaque jour. L’effet de meute décrit par les psychologues, agir tels des moutons de Panurge, est souvent la tentation quand l’horreur, la peur et l’incompréhension submergent. Mais si nous nous laissons dominer par  ces émotions, nous ne pourrons pas participer à changer le monde, modestement à notre niveau, de manière constructive. Aussi, dans les circonstances actuelles, c’est une vigilance intérieure de tous les instants qui est, plus  que jamais, requise. Comme le dit la sage indienne, Amma:  « Efforçons-nous de vider l’intellect des pensées inutiles et de remplir notre cœur d’amour. C’est la solution à toutes les souffrances et à la confusion générale de la société moderne. ». Plus que jamais, nous avons donc besoin de tendresse, d’amour, de compassion, de confiance, de partager, pour s’obliger à être encore plus solidaires qu’à l’ordinaire, et  porter haut les valeurs humaines et sociétales, et les qualités de cœur, qui nous importent. Dans ce contexte, vous parler de l’exemple d’Amma me semble, non pas naïf, mais très parlant. Amma, vous la connaissez sans doute. C’est la Sainte Indienne qui serre dans ses bras, depuis des années, des millions de personnes dans le monde. Plus de 30 millions à ce jour. À travers la folie de ses étreintes sacrées répétées à l’infini, Amma, Mère Universelle, incarne une qualité essentielle dont tous les êtres humains ont besoin et...