L’amour est une nourriture à part entière. Aimer pour être heureux et rendre heureux: l’exemple des mères et du Dalai Lama

Bonjour,
Mille excuses d’avoir délaissé un temps ce blog pour travailler sur mon prochain livre,« Méditer avec les Grands maîtres, conseils pour débutants »
C’est bientôt la Fête des Mères et bien que cette coutume soit devenue si commerciale, elle est  cependant l’occasion de rappeler l’importance de la relation d’amour entre la mère et l’enfant. 
Les scientifiques ont  montrés que les semaines qui suivent la naissance sont cruciales pour le développement harmonieux du cerveau de l’enfant. Et, que ce sont le contact physique et la tendresse de la mère qui favorisent cette évolution. Ce qui prouve que nous avons besoin physiquement d’affection pour grandir et nous développer convenablement.
Et, comme le dit le Dalai Lama:
« Un enfant ne peut pas survivre sans les soins et l’amour des autres.
L’amour est une nourriture à part entière.
Il est difficile de s’aimer et d’aimer les autres et d’avoir confiance dans la vie, dans les autres et en soi quand on a manqué d’affection.
La compassion qu’éprouve la mère pour son petit la conduit à l’aimer, sans condition, sans attente et avec une grande lucidité, du moins dans des conditions habituelles. Elle est responsable de son enfant. Elle fait tout  ce qui est en son pouvoir, pour assurer son bien être et son bonheur. C’est son principal souci car, elle sait que son enfant ne peut survivre sans son attention et son affection et qu’elles sont nécessaires et indispensables pour apaiser ses peurs et qu’il grandisse en confiance. C’est pourquoi, il est très triste de voir qu’actuellement de plus en plus d’enfants vivent dans des foyers malheureux. La plupart ne reçoivent pas d’affection et ne peuvent avoir confiance ni dans la vie, ni dans les autres et ni en eux-mêmes. Il est difficile de s’aimer et d’aimer les autres dans ces conditions.
L’amour et la compassion permettent la survie de l’enfant et assurent sa croissance. Par ces aspects, ils sont fondamentalement liés à notre biologie. La plupart d’entre nous en ont fait l’expérience et peuvent s’en inspirer pour développer un sentiment d’amour, de compassion, de bonté et de tendresse envers leurs proches. Il sera ensuite plus facile d’inclure d’autres personnes que nous ne connaissons dans ce processus. Et, d’élargir ainsi de suite notre rayon d’action jusqu’à ce qu’il s’étende à un grand nombre d’individus. Ainsi, nous parvenons à porter, petit à petit, de plus en plus souvent, une même attention joyeuse à tous. C’est ce que nous apprend l’amour de la mère pour son petit.
L’amour, la compréhension, l’indulgence et le respect de l’autre sont les fondements d’une éthique familiale et sociale universelle. L’attachement peut aussi en faire partie. Les membres d’une famille sont liés entre eux par de l’attachement. C’est une émotion nécessaire pour le petit enfant. Elle l’aide à survivre. Elle génère parfois en lui de la colère ou de la jalousie mais ce n’est pas grave. Plus tard, grâce à l’éducation que les adultes lui donneront, il apprendra à cultiver des valeurs telles que la compassion et l’altruisme. Et, à transformer ses émotions négatives en émotions positives. » 
Ces paroles de sagesse nous incitent à réfléchir aux liens que nous créons avec nos enfants et plus largement nos proches.
Si vous voulez poursuivre cette lecture, elles sont extraites du livre que j’ai publié sur ce thème:  » Paroles du Dalai Lama aux femmes du monde ». En poche. 

Belle route
Soyez heureux et faites en profiter les autres


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.