Est-il encore possible de faire, aujourd'hui, un couple qui dure?

GEBEROWICZ_DRFP
Peut-on encore faire un couple qui dure aujourd’hui ?
C’est la question que j’ai posé à Bernard Geberowicz qui vient de publier un livre sur le couple. Psychiatre et l’un des meilleurs spécialistes des thérapies familiales, en France, depuis 25 ans, il écoute les couples dérouler leur histoire, toujours singulière ; leur coup de foudre passionnel, fusionnel et forcément ponctuel ; les moments qui les ont rapprochés ou éloignés ; leur envie, ou pas, de continuer avec l’autre, selon qu’ils ont réussis, ou pas, à déconstruire les idées préconçues qu’ils avaient sur la vie à deux… Son dernier  livre est une bible du couple, un carnet de route complet et précis de situations que vous avez forcément rencontrées si vous êtes en âge de « faire couple ». « Cet ouvrage « Les 7 vertus du couple, une alchimie particulière » (Odile Jacob),est incontournable si vous  souhaiter connaître les chemins de traverse à éviter, les voies possibles, les raccourcis qui vous feront gagner du temps et comment dessiner une carte du tendre qui n’appartiendra qu’à vous.

Geberowicz_Les_7_vertus_du_coupleVous commencez votre livre par une phrase de Mark Twain : « ils ne savaient pas que c’était impossible, et ils l’ont fait »…. Le couple, une aventure que l’on ne tenterait pas, si… on savait ce qui nous attend ?
Beaucoup de jeunes pensent actuellement qu’ils seront amenés à faire plusieurs couples dans leur vie, et qu’il ne sert à rien de s’engager, dans ces conditions. Aujourd’hui, un couple qui dure est une gageure. Selon les statistiques, un sur trois, divorce, en moyenne en France et un sur deux dans les grandes villes. Malgré ces chiffres, pessimistes, on continue, naturellement, à vivre à deux. Mais, on le fait en sachant que c’est désormais un challenge dans nos sociétés. C’est une réalité. Il faut la prendre en compte tout en la relativisant. Car lorsqu’un couple se forme on retrouve toujours, à toutes les époques,  les mêmes mécanismes. Chacun apporte par exemple dans ce partenariat, ses propres croyances sur le couple. Celles-ci, édifiées à partir des représentations subjectives que nous avons du couple parental, des images et modes véhiculées par les médias, et des livres, films, chansons qui nous ont touchées, se confrontent inévitablement à celle du conjoint. Le couple se bâtit à partir de ces données spécifiques, des expériences et épreuves partagées, et du projet individuel et collectif élaboré à deux. C’est une construction, une alchimie conditionnée par tous ces éléments, mais une alchimie possible.  C’est pourquoi, malgré les statistiques, les études scientifiques sur la durée des couples : trois ans en moyenne, les échecs rencontrés lors d’unions précédentes, beaucoup de personnes ont encore envie de croire en l’amour; à la famille ; au partage ; à la possibilité d’être soi-même tout en étant un peu plus que soi-même: « l’autre nous fait découvrir des aspects de nous, que nous ne connaissions pas » …. Reste que, nous le savons, la relation du début se transforme toujours à un moment ou à un autre. Lorsque cela arrive, il faut alors avoir la volonté, le désir, de repenser sa représentation du couple. C’est parfois difficile. Certaines crises en témoignent. La tendance actuelle est d’arrêter dès qu’elles arrivent et les premières difficultés. Par exemple la naissance d’un enfant. Surtout, si chacun veut continuer à tout mener de front en étant « au top » dans tous les domaines : le couple, la famille, la carrière individuelle.  Quand c’est le cas, il faut pouvoir alors se poser les bonnes questions, à bon escient et accepter de se remettre en cause. La difficulté est donc moins d’être en couple, mais de comprendre, d’accepter, qu’il y a des obstacles naturels dans cette « association », et que ce n’est qu’en devenant pleinement coresponsable de son couple que celui-ci peut-être amené à durer.

Il y aurait donc des règles à suivre pour que « ça marche » ?
Bien sûr. Quand on vit en couple, il convient par exemple d’être synchrone avec l’autre dans les priorités que l’on se fixe et de les décider ensemble. Cela passe également par la construction d’un socle commun : admettre l’idée du lien ; édifier des projets individuels et à deux ; le sens de l’engagement. L’acceptation de l’autre. La communication : se parler, s’écouter, se comprendre, développer de l’empathie envers le conjoint. L’analyse et la remise en question de ses croyances: idées préconçues sur l’amour conjugal et sur l’amour-passion. La place occupée par la sexualité et son évolution. La construction, l’entretien et le respect de l’intimité de chacun. …. Et, le fait de comprendre que l’histoire d’un couple est sans cesse en mouvement et qu’il s’agit, à la fois d’un projet, d’un aboutissement et d’une construction permanente qui demande à être entretenue. Ce sont quelques unes des recommandations que je fais dans ce livre, pour que ceux qui sont concernés par ces situations puissent repérer, rapidement, les signes de fragilités qui traversent leurs couples, afin de les transformer ou les surmonter.
………………….
retrouvez la suite sur:  http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Societe/Peut-on-encore-faire-un-couple-qui-dure-aujourd-hui

Belle route

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.