Pas à pas sur le chemin de la sérénité et du bonheur: étape 2

Bonjour à tous,
En ce qui me concerne, je préfère le mot sérénité au mot bonheur. Parler de sérénité aide à comprendre que c’est d’abord un état d’esprit et qu’il se voit sur notre visage, notre corps : notre manière de bouger, de se situer dans ce que l’on fait, dans nos relations avec  les autres, de nous comporter en général….
On voit que le mouvement se fait de l’intérieur vers l’extérieur et on comprend que la sérénité dépend de l’état de notre esprit, de nos états d’âmes, de nos humeurs, de nos émotions… qu’elle se construit, qu’elle demande du temps, que c’est un état de paix intérieure singulier,  qu’il ne sert à rien de se comparer à nos proches dans ce domaine, et que nous pouvons  agir sur sa réalisation de différentes manières: apprentissage de la conscience, concentration, vigilance, pour créer et instaurer un état d’harmonie durable, qui ne dépendra, au final, que de nous….
En revanche quand on parle du bonheur, les choses sont différentes. Nous pensons souvent que les conditions extérieures doivent contribuer à apporter du bonheur, un peu, beaucoup, passionnément…. Dans le cas du bonheur,  le mouvement se faisant d’abord de l’extérieur à l’intérieur, il est fréquent que cela conduise les personnes à comparer leurs acquis à ceux des autres, à mesurer, à juger leurs conditions comme étant justes ou pas. Bref à mesurer sans cesse ce qu’elles ont ou pas. Dans nos sociétés, le bonheur se consomme, il est un état éphémère et dépendant de ce que l’on dépense et de la notion de plaisir associé…. Dans nos civilisations, le bonheur dépend donc souvent de conditions extérieures dont nous n’avons pas la maîtrise, ce qui n’est pas le cas dans la philosophie et dans les traditions spirituelles.

imagesCAAQOT83Je préfère le mot sérénité au mot bonheur…. Pourquoi ?
Les médias nous vendent en permanence le bonheur à travers notamment certains magazines qui lui sont dédiés et des émissions de TV réalité ! Et, si ça marche, c’est parce qu’il  nous fait en général cruellement défaut…
La perte des valeurs de nos sociétés, la recrudescence de la violence, le manque de repères pour les jeunes comme pour les adultes, Le manque de lien et de solidarité entre nous, font que nous sommes dans des crises de manque incessant du fait des désirs infinis qui nous traversent et nous malmènent en permanence, sans même que nous en ayons conscience ! Nous confondons bonheur et consommation. La presse, certains thérapeutes, nous vendent du bonheur comme on le ferait  pour un séjour à la montagne ou à la plage. Ces promesses d’un bonheur facile, factice et éphémère sont des mirages auxquels nous nous accrochons en général, pour ne pas craquer, pour ne pas sombrer, pour continuer à avancer malgré les obstacles ; et parce que nous ne savons pas faire autrement, nous ne disposons pas des ressources intérieures pour réfléchir à ce qu’est être heureux, et ce qu’est un bonheur authentique.
Mais, voilà, le bonheur ne s’achète pas en boite. On ne le trouve pas, prêt à consommer ou à réchauffer. Il ne dépend pas des biens que nous possédons. Le bonheur n’est pas un produit de consommation. Il découle d’une attitude intérieure. Aussi, pour en finir avec les idées fausses associées au bonheur et avec les attentes disproportionnées qui y sont associées, je vous propose de laisser ce mot de coté et de parler de sérénité.

Certains penseront sans doute qu’il s’agit là d’un leurre de plus. Non. Car, la démarche est différente. La sérénité s’apprend, se mérite, se cultive, patiemment, au quotidien. Son apprentissage conduit à développer, peu à peu, une paix profonde et durable. C’est un état intérieur qui ne dépend pas des circonstances mais qui se travaille avec discipline, courage, détermination, humilité.
Il ne peut en aucun cas être question d’actes psycho-magiques ici. Ni de recettes à appliquer si vous en avez le temps ou le désir. Ni de suivre des stages qui indiqueraient la voie secrète qui conduit, en une semaine, à la sérénité. Non, il s’agit d’apprentissage, d’entraînement de l’Esprit, de découvrir quelle est votre nature véritable. Le support utilisé est votre esprit, la personne que vous êtes, ici et maintenant. C’est avec ce formidable matériau, plein de possibilités que vous cheminerez  et que vous élaborerez, pas à pas, votre sérénité intérieure si  vous si le décidez.
Il y aura forcément des ratés, des doutes, de la souffrance parfois aussi. C’est un processus normal. A accepter INCONDITIONNELLEMENT. Car sachez-le, qu’il y aura également, de magnifiques réussites. Vous trouverez, votre propre force et équilibre intérieur ; Vous apprendrez à actualiser vos valeurs ; et à redonner du sens à vos existences en développant des qualités de cœur, telles que la générosité, l’amour, la tendresse, la solidarité, la tolérance ; et un authentique esprit chevaleresque dans vos vies et les uns avec les autres. Valeurs qui nous font, souvent, actuellement, cruellement défaut. Et, qui sont les bases de toute sérénité

Une précision : Il n’y a pas UNE sérénité, CAD, un même schéma reproductible à l’infini chez tous les êtres. Il y a des sérénités. Il y en a autant que d’existences.
De plus, la sérénité que vous réaliserez petit à petit – et qui ne sera donc pas identique à celle de votre conjoint, de vos enfants, de votre voisin- évoluera, également, au cours de votre vie. Au départ, fragile, éphémère, sans cesse remise en question, elle deviendra au fur et à mesure que vous croirez en vous, que vous accepterez de vous faire confiance, tel que vous êtes, avec vos qualités et vos défauts, de plus en plus stable et profonde. Après un certain temps, vous vous rendrez compte qu’elle est à la fois ténue et forte comme un fil de soie, et souple et résistante comme un roseau. Puis, un jour, vous vous apercevrez que quelles que soient les tempêtes extérieures ou intérieures, il y a en vous, un endroit lumineux d’une grande stabilité et d’une grande force ; un centre à l’équilibre incroyable auquel il vous suffit de vous relier, pour être en paix et serein ; que grâce à cette boussole intérieure, les vents, la pluie, les orages, les intempéries de l’existence, glissent sur vous, plus vite qu’auparavant car vous posez un autre regard sur les autres et sur le monde. Non parce que vous devenez plus égoïste et moins sensible mais justement car les qualités que vous avez développées, la bonté, l’altruisme, la générosité, vous ont appris à ne plus vous identifier à vos souffrances. C’est  l’Esprit qui crée le monde dans lequel nous vivons enseigne le bouddhisme. Si vous le décidez, au fur et à mesure de votre pratique de la méditation et des exercices proposés, votre esprit créera un nouveau monde, plus serein car riche de ce que vous êtes devenu et des liens nouveaux tissés avec les autres. Votre existence se poursuivra alors, avec ses hauts et ses bas. Mais, autrement car avec plus de recul.

La sérénité ne nous guérit pas de la vie mais de nous-mêmes, de nos enfermements, de nos peurs !
ALORS…. ALLEZ-Y…. ESSAYEZ…..
Belle route

2 réflexions sur “Pas à pas sur le chemin de la sérénité et du bonheur: étape 2”

  1. Bien chère Catherine,
    Merci pour cet article si juste. Oui la sérénité s’acquière par un long apprentissage et demande l’éveil de notre conscience, l’écoute de soi, la connaissance de soi et l’écoute des autres… Ce n’est pas gagné tous les jours car nous ne vivons pas seul(e)s, la situation actuelle ne facilite pas les choses, il est difficile parfois de rester serein tout le temps, l’ambiance est électrique et l’hypersensible que je suis capte trop facilement les émotions d’autrui comme si elles étaient les siennes, l’inconscient collectif est un poids pour l’humanité… Les médias sont loin de générer la sérénité, aussi il est indispensable de fréquenter des êtres qui vibrent l’amour et la sagesse et savoir filtrer les informations sans les ignorer… Ce que j’ai trouvé de mieux et qui fonctionne pour moi, ce sont l’un ou l’autre psaume qui me ramène au calme, à la sérénité…
    Bien amicales pensées,
    Dominique

  2. Merci pour le partage et ton invitation à cette prise de recul par la distinction des deux notions.
    Nous sommes effectivement constamment sollicités à nourrir cette course au bonheur, qui nous identifie par rapport à l’autre et l’extérieur. Être aligné en Soi, au quotidien, dans sa justesse permet d’exprimer toute sa profondeur ! Beau defis que voilà ! Bise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.