Les Perroquets de la place d’Arezzo: Eric-Emmanuel Schmitt : quand la sexualité est quête d’absolu: Entretien

 

bonjour à tous, 
La sexualité est-elle devenue un moyen de consommer comme un autre ou reste-t’elle, sans que nous en ayons toujours conscience, une façon de répondre à notre quête d’absolu? Un moyen pour se réparer de notre enfance? Un moyen pour oublier notre peur de l’existence? …..
Dans son dernier livre, les Perroquets de la place d’Arezzo publié chez Albin Michel, Eric-Emmanuel Schmitt et ses personnages répondent notamment à ces questions…. 
 
Retrouvez l’intégralité de l’entretien réalisé pour Lyon Capitale en cliquant sur ce lien:
 
 
EXTRAIT:
 
Écrivain philosophe, dramaturge, Belge d’adoption mais toujours Lyonnais de cœur, Eric-Emmanuel Schmitt aime jouer avec les paradoxes des émotions et avec les nuances du désir comme il le prouve, une fois encore, dans son dernier roman, les perroquets de la place d’Arezzo*. Un livre de chair et d’âme dans lequel tout lecteur se reconnaitra tant les situations décrites présentent un large kaléidoscope de la sexualité, des relations amoureuses, des espoirs et peurs qui agitent les êtres humains…. …. …. 
 
Le pitch du livre ? Tout commence par une lettre anonyme adressée aux principaux habitants de la place d’Arezzo . Une lettre qui ouvre le livre par cette phrase : «Ce mot simplement pour te signaler que je t’aime. Signé: tu sais qui.». Chacun y réagit à sa manière. Ce qui montre la complexité psychologique des personnages et révèle leurs blessures d’enfance….
La lettre anonyme qui ouvre le livre n’est pas celle d’un corbeau mais d’une colombe, car elle est porteuse d’espoir, de vie, d’aventure intérieure. Elle  aide certains personnages à s’affirmer, à briser leurs peurs, leurs tabous. Dans chacun d’entre eux, on aperçoit l’enfance. Elle est au cœur de nos pulsions, de nos désirs, de nos comportements. Elle conditionne notre rapport à l’existence. Je ne suis pas freudien sur ce plan-là. La sexualité n’est pas, pour moi, le moteur de nos actions. Elle fait partie de notre manière d’être au monde, qui diffère pour chacun d’entre nous. Nous faisons les mêmes gestes, se caresser, s’embrasser, s’étreindre, mais  cela n’a pas le même sens. Chaque peau a une histoire qui lui est propre, et véhicule des expériences, des frustrations, des espoirs, et des souvenirs uniques.
 
La sexualité est-elle aussi, quête d’absolu ?
Dans l’orgasme, on se sent intensément vivant. Ce qui nous fait aussi prendre conscience que l’on est mortel. Mes personnages expriment,  chacun  à leur façon, une quête d’absolu. Ce qui explique que le livre soit organisé comme une liturgie, ce dont témoignent les noms des chapitres. Et, sur le plan de cette quête intérieure, l’une des questions qui se pose est de savoir, si l’on peut parvenir à faire passer l’autre avant soi, quand on aime? 
 
 
Et,  pour celles et ceux qui souhaitent compléter cette lecture en découvrant le traité classique de l’amour de l’Inde traditionnelle, le Kama-sutra, je vous propose cet ouvrage, tiré des grands textes de l’Inde traditionnelle,que j’ai écrit il y a quelques années: le Kama-sutra du tendre en 69 extases.
Ce traité prodigue des conseils pour parvenir à l’épanouissement dans l’amour 
Les différents chapitres abordent:
– la philosophie des arts de l’amour,
– les gestes autour de l’amour,
– les positions menant à l’extase.
Afin de réenchanter votre relation à l’autre et à vous-même.
 
 
Belle route. 
Soyez heureux et faites en profiter les autres
 
 
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.