Le pouvoir des femmes et des mères selon le Dalai Lama

imagesCAJFFSDX

Dans quelques semaines, Sa Sainteté le Dalai Lama aura 80 ans. Dans le monde entier, où qu’ils se trouvent, les Tibétains le fêteront et lui rendront hommage pendant plusieurs jours. 
Cet anniversaire est pour moi l’occasion de reprendre des interviews faites avec Tenzin Gyatso et de partager avec ceux qui me lisent, les paroles de sagesse de cet homme exceptionnel. Ses paroles éclairent la vie de millions de personnes dans le monde.
Sa Sainteté porte un regard très attentifs sur les femmes, les mères que  nous sommes. Ce thème sera la première partie de ce que je vous proposerait les semaines à venir

Cathy1+DLCatherine B:
Le Dalai Lama fait appel, très régulièrement,  à nous, femmes et mères, pour construire le monde de demain, en disant en substance que nous devons nous appuyer sur les qualités inhérentes que nous manifestons dans des conditions « normales » : la compassion et la bienveillance. C’est sans aucun doute vrai. Mais en faire preuve spontanément demande d’avoir dépassé les traumatismes affectifs de l’enfance, condition indispensable pour être capables de donner naturellement et sans rien attendre en retour à notre enfant ou à l’un de nos proches. Parce que l’autre compte plus que nous-mêmes et que nos peines.
Se comporter en adulte, comme le Dalai Lama nous y incite, ne dépend pas de l’âge mais de la maturité procurée par l’expérience, de la compréhension de ce que nous avons vécu et de la manière dont nous nous sommes « réconciliés » avec nous-mêmes. Ce qui est, en soi, un chemin à part entière.  Reste que l’art d’être mère demeure malgré tout une pratique pour laquelle nous n’exprimons pas toutes le même talent. Il demande de conjuguer un savoir-faire et un savoir être dont certaines d’entre nous sont dépourvues. Il demande aussi de savoir quelles valeurs nous voulons transmettre à nos enfants.
Que transmettre à son enfant ? Cette question pose la responsabilité de la filiation, de ce que nous souhaitons léguer de nos valeurs et de notre histoire familiale à nos enfants. Cette responsabilité de la transmission, nous la portons toutes en nous. Elle est un enjeu majeur pour le devenir de nos sociétés. En être conscientes nous aidera à transmettre à nos enfants des valeurs humaines qui leur permettront d’être heureux et de s’ouvrir aux autres et au monde.

Dalai Lama :
« Les mères doivent absolument transmettre à leurs enfants l’apprentissage du travail sur l’esprit et les émotions »
Je crois profondément que la nature humaine est naturellement portée à la bonté et à la compassion. Mais cela ne suffit pas pour manifester des qualités positives et pour modifier la perception que nous avons de nous-mêmes et de la réalité si nous ne travaillons pas à développer et à exprimer cet acquis. Le premier pas dans la recherche du bonheur consiste par commencer, dès que possible, l’apprentissage du travail sur l’esprit et sur les émotions. Nous devons apprendre en quoi les émotions et les comportements négatifs nous sont nuisibles et en quoi les émotions positives nous sont profitables pour savoir ce qui nous aidera à être heureux. Cet apprentissage est nécessaire si nous souhaitons transformer notre relation à l’autre au quotidien.  La première phase de l’apprentissage consiste à introduire en nous des changements positifs qui nous inciteront à faire intervenir dans le processus de transformation des facteurs comme la conviction, la détermination, l’action et l’effort. Nous devons être convaincus de la nécessité de cette formation pour être déterminés à suivre cette voie. La détermination se transformera ensuite naturellement en action, à condition d’être prêts à soutenir l’effort nécessaire, ce qui est décisif. Les mères doivent absolument transmettre à leurs enfants l’apprentissage du travail sur l’esprit et les émotions. Si cet apprentissage est bien réalisé, cela conditionnera leur capacité à être heureux et à agir avec générosité et compassion avec les autres. Sans cet apprentissage de la transformation de l’esprit, de l’importance de la bonté et de la compassion, ce que nous vivons n’a pas de sens.

la suite la semaine prochaine

belle route

1 réflexion sur “Le pouvoir des femmes et des mères selon le Dalai Lama”

  1. Merci Catherine pour ce blog éclairé. Je me passionne tout comme toi sur le rôle des femmes dans la longue marche vers l’évolutions des consciences… Plus que jamais, il semble bien que les femmes soient l’avenir de l’Homme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.