Jacques Attali : quand aider les autres est un bonheur

 Bonjour, vous pouvez retrouver l’intégralité de cet entretien sur lepoint.fr

Jacques Attali, n’est pas homme des demi-mesures. Inclassable, difficile de le mettre dans une case facile à étiqueter comme nous aimons tant le faire en France, il dérange, intrigue, fascine, surprend, tant ses passions, ses compétences et ses centres d’intérêts sont divers. Polytechnicien, énarque, ancien conseiller spécial du président François Mitterrand, créateur et premier président de la BIRD, président de PlanetFinance, écrivain, romancier, essayiste, musicien, prenant sans cesse le risque d’être lui-même et de ne pas être compris, il n’est jamais là où on l’attend. A l’image de DenisDiderot, dont il vient d’écrire et de publier la biographie (Diderot ou le bonheur de penser, éditions Fayard). Diderot dont il nous parle comme d’un frère, d’un ami. Une  intimité qui nous incite à mieux comprendre le philosophe des Lumières et qui jette un pont entre deux époques, qui se ressemblent finalement, tant il est urgent aujourd’hui, comme ce fut le cas au XVIIIème siècle, de repenser l’éthique de nos sociétés en s’appuyant sur plus de solidarité etde partage.
 
En ouverture de votre livre, ces mots de Diderot à Voltaire : « il faut travailler, il faut-être utile »… Est-ce pour vous, le sens de la vie?
Diderot dit ces mots dans une lettre à Voltaire, en refusant son invitation à diner. « Il vient un temps où toutes les cendres sont mêlées. Alors, que m’importera d’avoir été Voltaire ou Diderot, et que ce soient vos trois syllabes ou les trois miennes qui restent. Il faut travailler, il faut être utile ». Cette maxime me va très bien.
 
Que souhaitez-vous transmettre à vos enfants que vous avez appris de Diderot en le fréquentant ainsi ?
Le travail, la curiosité, et le rire.
Votre définition du bonheur ?
Avoir le privilège d’aider au bonheur des autres.
Vos clés du bonheur en pratique ?
Trouver toutes les occasions possibles d’être utile au bonheur des autres.
 
Soyez et heureux et faites-en profiter les autres
Belle semaine
 
Diderot ou le bonheur de penser, par Jacques Attali. Fayard.
 

 

 
 
 
 
 
 
)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.