contact@catherine-barry.fr

Nous voulons être heureux! En théorie, oui…. :-)

 

Bonjour, 
imagescaqan52z

 

Toute notre  vie est consacrée à la recherche du bonheur. Paradoxalement nous nous complaisons dans la souffrance.Ainsi dans notre inconscient collectif le bonheur terrestre à des saveurs d’interdits fixées par des lois immuables. Nos peurs, nos terreurs d’humains s’emprisonnent dans des carcans qui rassurent nous faisant oublier que notre rôle est de grandir, libres. Libres de faire du bien donc de rendre les autres heureux. Libres d’évoluer au cours de notre vie et donc autorisés à poser un autre regard sur tout système qui enferme, sur des principes appris et  admis pendant l’enfance, sans avoir eu le temps ni le droit de les éprouver par l’expérience.

imagescalsvupz

Cette relation à la souffrance est telle que jusqu’à il y a peu, nous étions l’un des pays d’Europe le moins préparé à traiter nos patients, notamment par la morphine lorsque les corps criaient l’insupportable. Cette idée prônant la souffrance comme nécessaire afin d’être délivrée de cette emprise terrestre, de nos pulsions, de nos désirs, est cependant de plus en plus mise à bas. Mai 68, les progrès de la médecine et de la science, l’ouverture des frontières, la mixité des cultures, ont sapés ces fondations en quelques décennies. La société de consommation montrant ses limites, nous cherchons désormais d’autres voies, d’autres moyens qui combinent bonheur terrestre et bonheur-nirvânâ, du moins pour ceux et celles qui croient en un ailleurs. C’est un droit, nous le revendiquons et établissons des conditions qui supposent le respect de soi et des autres, l’amour de soi et des autres.

imagescarnqqeb

Dans le Bouddhisme la clé du bonheur est indissociable de ce que la souffrance enseigne. Pas celle qui punit ou qui est subie mais celle qui est comprise, acceptée, reconnue sous toutes ses formes afin de ne plus retomber et de ne plus se laisser happer par des pensées, actions, paroles qui génèrent le cycle des renaissances ou à défaut et, dans cette existence c’est le plus important, le cycle des émotions négatives. Émotions qui sont notre véritable enfer sur terre quand nous les laissons prospérer….

imagescanfxipy

Le Bouddha est souvent comparé à un thérapeute. Médecin des corps et des esprits Sakyamuni (Bouddha) a décrit un processus en quatre étapes. Il a diagnostiqué la maladie -la souffrance-, déterminé la cause de cette pathologie -ses raisons-, montré le but – la cessation de cet état de souffrance, l’éveil- et indiqué  un traitement -les moyens sur la Voie-. Nous sommes responsables de cette quête, non victimes. Son échec nous conduit à renaître. Sa réussite se jauge à notre façon d’être et de percevoir le monde, à notre sérénité, à la paix de notre esprit y compris dans les épreuves, à la qualité de notre bonheur, le nôtre comme celui des autres.

Belle route

imagescax9pdbi

1 Commentaire

  1. Merci Catherine pour cet article tellement juste !
    Belle semaine à vous et bien amicales pensées,
    Dominique

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *