contact@catherine-barry.fr

Méditer : quelques exercices : il n’y a pas de miracle à attendre de la méditation:

bonjour, Méditer est à la mode. Les personnes qui s’adonnent à la méditation le font pour diverses raisons: soigner leur mal être; trouver leur place; donner du sens à leur existence; réaliser une voie spirituelle….  Mais au bout du compte, quelle que soit leur motivation, toutes souhaitent fondamentalement une seule chose: trouver la paix intérieure et accéder à cette sérénité des « sages » qui semble parer l’existence de 1001 couleurs et leur donner accès à une autre manière de vivre que celle du commun des mortels.  C’est du moins ce que supposent beaucoup de pratiquants qui les côtoient. C’est oublier que tous ces sages sont d’abord des humains, comme nous et qu’eux aussi éprouvent des émotions, des sensations dans leur corps, leur cœur, leur esprit. Et, c’est même parce que nous partageons cette humanité avec eux qu’ils comprennent nos tourments, nos doutes, nos questionnements. Je suis très souvent étonnée en parlant avec certains « disciples » de constater le pouvoir de leurs croyances à propos de leurs enseignants. En caricaturant un peu, je peux dire que beaucoup les prennent pour des « robots », des êtres désincarnés hors du monde, de leur corps, de la réalité. Un maître est tout le contraire; pleinement humain, incarné, il est dans le monde et pas comme nous dans un monde fantasmé, illusoire, résultat de nos peurs et de notre culpabilité.

attention aux clichés sur la méditation

Mais, revenons à une méditation que je qualifierai de Laïque, adaptée à notre époque et à nos sociétés. Est-il suffisant de « méditer » pour parvenir  à accepter chaque émotion ou circonstance douloureuse en étant moins affecté par les cataclysmes qu’elles provoquent habituellement? Est-il suffisant de méditer pour atteindre à ce Graal : être libre de toute souffrance? NON ! Le croire est immature et déresponsabilise sur la manière de se situer dans sa propre vie, vis à vis des autres, dans le monde! Je connais un grand nombre de personnes dont certains grands spécialistes des techniques de méditation, qui méditent chaque jour depuis des années sans réaliser cette révolution intérieure, cette paix du cœur et de l’esprit, qu’ils appellent pourtant de leurs vœux.  Pourquoi? Tout simplement car la méditation n’est pas une simple technique et qu’elle ne peut en aucun cas agir de manière magique, miraculeuse, pour sauver « ses » pratiquants de leurs souffrances, de leur égoïsme, de l’histoire qui les définis, etc…. La méditation est là pour les accompagner, sur tous les plans, corps compris, instant après instant, pas à pas, dans la connaissance qu’ils ont d’eux-même; le questionnement et l’acceptation de leurs souffrances, de leur histoire, de leur identité; la mise en perspective des situations qu’ils rencontrent, etc. Tout cela sans rien attendre ni espérer des méthodes proposées.Ne rien attendre de l’extérieur, être totalement présent à ce qui est dans le moment, joie, peine, frustration, colère, …., est le sésame du pratiquant qui sait que c’est en lui que se trouvent toutes les solutions dont il a besoin, dans le moment. Ne rien attendre donne au pratiquant la possibilité de trouver ses propres réponses en s’autorisant à accepter chaque sensation, prise de conscience, émotion…. qui se présente à lui….. et à les remercier de se faire connaître à sa conscience. Cette gratitude vis à vis de ce qu’il ressent, l’habite, le structure, lui permet de remarquer alors que chaque émotion, peur, culpabilité, colère…. dit quelque choses de précieux de lui.  Cette reconnaissance lui donne accès à son être réel. Et, c’est ainsi que le monde se pare petit à petit des  1001 couleurs de l’univers des sages. Ce qui demande de la constance, de la patience, d’être présent à ce qui est. 

Aussi, avant que vous ne fassiez les exercices proposés ici, il importe que vous gardiez en tête la signification du mot, méditer.  Étymologiquement, les mots sanskrits et tibétains qui sont traduits par méditer, signifient : s’habituer à, se familiariser avec, cultiver.

Méditer consiste donc à s’entraîner à adopter des comportements différents qui s’appuient sur une nouvelle vision de soi, des autres et du monde, en utilisant des procédés qui  répondent aux besoins spécifiques du moment. On pourrait presque dire, à chaque grande famille de problème, sa méthode et son objectif! Vous pouvez par exemple, transformer des émotions négatives qui vous encombrent et « pourrissent » vos relations aux autres, en les remplaçant par des qualités positives, constructives, bénéfiques, telles que la compassion, l’altruisme, la générosité, la bienveillance. Ou apprendre à vous concentrer sur ce qui est, dans le présent, pour diminuer voire annihiler complètement vos angoisses vis-à-vis du futur et vivre pleinement et sans à priori ce qui se présente à vous. Ou bien encore cesser de vous identifier à des manques, à des événements, que vous avez jugés à tort ou à raison peu importe, comme traumatisants, ce qui les a rigidifiés, enkystés dans votre esprit, en leur conférant une réalité qui n’est plus pourtant depuis longtemps. Etc.  Les possibilités de travail sur l’esprit sont aussi nombreuses que ses formes. Dans ces conditions, mettre en perspectives et transformer nos tendances, ne peut se faire, vous le comprendrez facilement, qu’en  suivant une approche, pluridisciplinaire.

Parler de méditation, c’est donc évoquer un ensemble de méthodes et de pratiques associées à des connaissances spécifiques, en vue d’obtenir des résultats précis. C’est cette alliance, cet assortiment, qui fait la méditation. Prenons une image. Lorsque vous pratiquez un instrument de musique ou un sport, vous travaillez à la fois avec votre corps – pour acquérir une bonne technique- et avec votre intellect –  pour apprendre les règles de la discipline choisie. Il en est de même avec la méditation. Quand vous vous y exercer, vous devez unir votre corps et votre esprit dans un but précis, par exemple, établir un lien conscient, neutre, avec vos pensées et émotions. Ce cheminement, multidisciplinaire, se fait en combinant des connaissances intellectuelles et des techniques qui canalisent vos émotions et votre mental dans une direction donnée. Comme dans tout domaine, sportif, artistique, intellectuel, cette démarche s’enracine dans le présent, pour obtenir des effets stables sur le long terme, et demande de faire preuve de diligence, de détermination, de courage, de patience, et de prendre en compte vos interactions avec les autres et avec vos environnements. Ignorer ou ne pas vouloir intégrer autrui dans un processus de transformation, quel qu’il soit, c’est nier que la réalité est une unité systémique, faite d’interrelations et de mouvements. C’est donc se maintenir dans un monde égotique et illusoire, dans un système clos sur lui-même dans lequel il n’y a pas de possibilité d’évoluer. Ce qui est une mort symbolique à soi-même.

Les exercices suivants vont vous accompagner, pas à pas, pour travailler sur vos énergies, émotions, et pensées, et vous aider à découvrir, derrière les apparences, d’autres facettes de la réalité. Prenez le temps de les faire. Ne vous montrez pas impatient et soyez attentifs aux signaux, petits et grands, qui vous diront que vous progressez à la rencontre de votre vraie nature, en réalisant une harmonie intérieure qui vous était jusqu’alors inconnue. Vous êtes l’artiste de votre vie, votre créateur. C’est joyeux, enthousiasmant et plein de surprises.

Travailler sur les énergies, pensées, émotions perturbatrices :

1/ Comment expulser et se libérer des énergies, tensions, pensées et émotions négatives:

Cet exercice aide à chasser les blocages physiques et mentaux, à éliminer les tensions intérieures et à nettoyer les canaux subtils des énergies négatives qui se sont accumulées au cours du temps et des expériences en provoquant diverses souffrances. Faites-le aussi souvent que possible dans la journée. Avant ou au cours de votre pratique méditative ou dès que vous sentez une forte émotion vous prendre à la gorge, malgré vous.

  • La méthode : 

Assis sur un coussin ou une chaise, les mains posées en haut ou au milieu des cuisses, paumes vers le ciel, appuyez l’extrémité du pouce sur l’annulaire, puis, refermez vos doigts dessus, sans forcer. Cela maintient les énergies dans le corps.

En inspirant, levez la main droite et posez l’annulaire, sans bouger le pouce qui reste à sa base, sur la narine gauche afin de la fermer.

En expirant, ouvrez les doigts de la main gauche, visualisez que vous éliminez, par la narine droite, toutes les énergies liées, en vous, à la haine, à l’agressivité, à la violence, et songez que tous les blocages qui leur sont associés, sur tous les plans, se défont.

A la fin de l’expiration, posez la main droite sur la cuisse. Le pouce reste contre l’annulaire. Idem pour le pouce de la main gauche qui reprend sa place initiale. A droite comme à gauche, les doigts se replient dessus : les poings sont fermés.

Levez maintenant la main gauche en inspirant. Faites comme précédemment. Posez l’annulaire gauche sur la narine droite pour bloquer les énergies qui circulent dans les canaux qui lui sont associés. Etirez les doigts de la main droite pendant que vous visualisez, cette fois, que vous expulsez par la narine gauche, toutes les énergies liées au désir, à l’attachement, à l’égoïsme, aux frustrations, à l’envie, à la jalousie….

A la fin de l’expiration, ramenez vos deux mains sur les cuisses, et fermez vos annulaires à l’aide de vos pouces en serrant les poings.

Inspirez en gardant cette position.

Puis expirez par les deux narines, en étirant vos doigts et en visualisant que vous expulsez toutes les énergies, tous les blocages liés à votre ignorance par vos deux narines. L’ignorance dont il est question ici n’est pas intellectuelle. Elle concerne les lois qui régissent les êtres et les phénomènes, comme celles de l’impermanence, de l’interdépendance, etc.

Faites cet exercice 3 fois de suite.

Quand vous avez terminé, considérez que tous vos blocages nés de l’agressivité, du désir et de l’ignorance sont symboliquement levés. Poursuivez votre méditation ou retournez à vos activités.

b- Variante :

Si cela vous est plus facile pour vous souvenir des énergies que vous expulsez en expirant, faites l’exercice en bloquant d’abord 3 fois la narine gauche, puis 3 fois la droite et enfin sans bloquer ni l’une ni l’autre, 3 fois également.

 

 

 

 

2/ Méditez sur les canaux subtils du corps pour travailler sur les émotions:

a- Visualisez, à l’intérieur du corps, les principaux canaux d’énergies :

– Au milieu, le canal central. De la largeur d’une tige de blé, de couleur bleu lumineuse, il commence entre les sourcils, puis se dirige vers l’arrière, sous le crâne, et descend devant la colonne vertébrale jusqu’au centre vital du ventre, le hara, situé quatre doigts sous le nombril.

-De part et d’autre du premier, se trouvent deux canaux de même épaisseur. Ils partent des narines, passent ensuite au-dessus du crâne, puis le long de la colonne vertébrale jusqu’au nombril. Le droit est rouge et le gauche, blanc.

Les trois canaux, souples, vides, transparents, se rejoignent sous le nombril.

b-La méthode :

Expirez longuement par le nez sans faire de bruit.

Inspirez, de même.

Recommencez plusieurs fois de suite.

Puis, fermez la narine droite avec le majeur et inspirez par la gauche en visualisant que vous absorbez une magnifique lumière blanche, très vivifiante. L’air et la lumière pénètrent en même temps dans le canal gauche, blanc, jusqu’au nombril. En expirant, vous imaginez que tous les désirs, les attachements, qui encombrent ce canal s’en vont, sous la forme d’une fumée noire, avec le souffle.

Fermez maintenant la narine gauche. Inspirez par la droite en visualisant une lumière blanche qui rejoint le nombril. Puis, en expirant, imaginez que toute votre colère, violence, agressivité, haine, jalousie, s’en va sous la forme d’une fumée noire.

Enfin, sans fermer les narines, en inspirant, visualisez une lumière blanche qui pénètre en même temps par les deux canaux parallèles à la colonne vertébrale. Elle rejoint le nombril où elle passe dans le canal central. Vous l’expirez alors sous la forme d’une fumée noire.

Répétez cela trois fois de suite.

Je vous proposerai d’autres méthodes. En attendant, n’oubliez pas: n‘attendez pas de miracle, faites, observez, et recommencez encore et encore. Il n’y a pas de fin à la méditation. Cette méthode a été employée de siècle en siècle, de continent en continent, par des religieux, des laïques, par des artistes, …., spontanément ou de manière codifiée comme ici, peu importe ce que vous choisissez. Trouvez votre méthode, ce qui vous fait du bien. Faites-vous confiance. Vous êtes le seul juge de ce dont vous avez besoin ou pas. 

Belle route

 

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *