contact@catherine-barry.fr

Faites-vous un cadeau cet été: apprenez à ne plus vous bagarrer contre la vie et vos pensées

sancccs-titreBonjour,

C’est l’été, un temps dédié en partie aux loisirs, aux congés. Aussi, profitez-en pour cesser la course, perdue d’avance,  que vous menez toute l’année contre vous-même, contre vos émotions, vos peurs, vos habitudes mentales,vos croyances, ce que vous êtes profondément. Cessez de vous bagarrez contre la vie, c’est  une bataille perdue d’avance et vivez pleinement chaque expérience que vous allez traverser. Il n’y a rien de plus difficile, c’est même souvent une épreuve tant nous nous refusons en permanence tout ce qui nous dérange en nous ( en croyant que tous nos problèmes incombent aux autres ) mais c’est la clé pour apprendre à accueillir sans à priori tout ce que l’existence propose. Aussi, si vous ne voulez plus pratiquer la politique de l’Autruche vis à vis de vous-mêmes, et que vous en avez assez de tous les ouvrages de développement  personnel, et de suivre des maîtres experts en bonheur frelaté, alors achetez les deux livres de Katie Byron qui pourront vous aider à commencer un travail réel pour comprendre qui vous êtes et rencontrer la belle personne que vous êtes mais qui  vous demeure encore  inconnue.

Le dernier « Libre, un mental en paix avec lui-même », qui malgré le texte de présentation ci-dessous par l’éditeur s’adresse à tout un chacun: sans-titre

Comment se poser quatre questions peut libérer votre esprit, ouvrir votre cœur et transformer votre monde.

À travers un commentaire du célèbre Soûtra du Diamant, Byron Katie nous présente sa perception du monde et la démarche de questionnement personnel appelé le Travail.

Le Soûtra du Diamant est un court texte bouddhiste et l’un des plus étudié dans le Zen. Sous forme d’un dialogue entre le Bouddha et l’un de ses disciples, il aborde la nature de la perception et la dimension illusoire de toute forme, toute pensée et tout concept.

La nouvelle version de Stephen Mitchell, d’une grande clarté, dépouillée de tout jargon et adaptée pour un lecteur occidental, met en valeur ce texte essentiel. Le commentaire de Byron Katie, basé sur son expérience vécue et sa longue pratique du Travail, est simple et limpide, plein d’humour, et permet à la fois d’en rendre accessible et d’en comprendre toute la sagesse et la profondeur.

Si le Soûtra du Diamant traite du « quoi », Byron Katie nous propose également un « comment » : la démarche qu’elle appelle le Travail, basée sur quatre questions simples et profonde à la fois, nous offre un outil puissant pour déconstruire tous nos jugements et nos conditionnements, libérer notre esprit, ouvrir notre coeur et transformer notre vision du monde afin de ne plus souffrir inutilement. L’ouvrage intègre 5 séances de Travail guidées par Byron Katie.

Et,  « Aimer ce qui est » qui permet de commencer un travail réel, pas à pas, sur nos pensées et donc émotions: sans-txxxitre

Aimer ce qui est… développe une méthode révolutionnaire qui se résume à quatre simples questions qui, lorsqu’on les applique à un problème spécifique, vous permettent de voir ce qui vous fait souffrir sous un angle complètement nouveau. L’auteure dit à ce propos : « Ce n’est pas une situation difficile en soi qui cause notre souffrance, mais bien notre pensée face à cette situation. »
Pour compléter vous pouvez aussi regarder les vidéos montrant la démarche de Katie Byron sur Youtube ou sur son site en français: thework.com/fr

1 Commentaire

  1. Bonjour Catherine,
    Merci pour vos articles riches d’enseignements.
    En ce moment, je suis en retrait d’un réseau qui m’a apporté des échanges d’une grande richesse et des amitiés précieuses et pleins de coïncidences et d’éclairages en réponse à mes questions nombreuses… Nous ne sommes nulle part par hasard, ainsi la Vie nous accompagne sur nos chemins singuliers avec patiente et tendresse et nous présente les bonnes personne au bon moment, « Tout est prêt pour l’esprit qui est prêt. »… Ce retrait n’est pas du ressort de ma volonté, néanmoins il vient à un moment où il devenait une addiction au dépens de ma propre créativité, aussi contrairement à d’autres expériences de mises à l’écart douloureuses, cette fois, j’y vois du positif autant que j’ai pris conscience de mon côté « atypique » qui s’accorde assez mal avec des groupes très codés. Respecter chacun tout en prenant conscience que les « Familles d’âmes existent », que chacun de nous vient sur terre pour jouer sa juste partition et
    assurément guérir de blessures, de mémoires personnelles, transgénérationnelles sans oublier l’influence de l’inconscient collectif, nos préjugés et fausses croyances… Tout est UN et nous sommes inter reliés…
    Merci pour vos partages et bonne journée, bonnes vacances,

    Bien amicales pensées,

    Dominique

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *