contact@catherine-barry.fr

c’est quoi pour vous, la spiritualité au quotidien?

Bonjour à vous, 

images

C’est quoi pour vous la spiritualité?

  • une envie de métaphysique? cad le désir de comprendre ce qui va au-delà de la physique? Ce qui n’a rien à voir avec des phénomènes paranormaux ou autre mais avec ce qui fait sens, en vous, et qui vous aidera par exemple  en arrivant à la fin de votre vie à dire, comme le disait le maître indien d’Arnaud Desjardins, « j’ai donné tout ce que j’avais à donner ; j’ai reçu tout ce que j’avais à recevoir ; j’ai fais tout ce que j‘avais à faire ».imaSSSges
  • une envie d’être heureux, en toute circonstance, en développant des qualités telle que la bonté, la générosité, la tolérance, la compassion, l’empathie….et en vous souvenant que les besoins vitaux, affectifs, spirituels, fondamentaux, sont identiques pour tous les individus bien qu’ils semblent parfois différer selon leurs histoires et selon les moments de leur vie. Cela aide à développer l’empathie…. imaSSSSSSSSSSSges
  • un besoin indispensable: un besoin tout aussi nécessaire pour vous à la vie que s’alimenter, respirer, aimer, donner, partager, agir avec bienveillance, générosité, compassion, tolérance. Et, non un besoin qui consiste à accumuler des biens, du pouvoir, de la reconnaissance…. Vous le savez, ces biens sont illusoires et ne construisent pas notre sérénité sur le long terme. Comment ici ne pas rappeler ce que dit Sa Sainteté le Dalaï lama, « le Vrai Bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous. ». Réaliser cela est sans doute, répondre à tous vos vrais besoins.imagSSSSSSSSSSSes

 

Pour moi, la spiritualité concerne tout le monde. Ce qui signifie que la spiritualité n’a pas forcément une dimension religieuse. Elle peut être le fait de croyants et de non croyants. Dans ce cas, il est question de spiritualité laïque basée sur des valeurs séculières, applicables par tous, sur tous les continents, à toutes les époques. Ces valeurs reposent sur l’éthique, la discipline intérieure, la compassion, la générosité, la solidarité, la bonté, le respect, le partage, la tolérance, le sens des responsabilités, la concentration, la non-violence, etc….….

Appliquer ces valeurs donne du sens à l’existence. Elles forment un canevas intérieur grâce auquel nous pouvons nous construire et nous efforcer d’établir des liens, justes, avec soi, autrui et le monde. C’est ce type de spiritualité, ouverte, qui me porte. Elle est pour moi, aussi essentielle à ma vie que respirer, me nourrir. Elle me donne les repères, les moyens d’incarner mes aspirations. Du moins, d’essayer de le faire, au mieux de mes possibilités, de mes manques.

Suivre une voie spirituelle est un chemin de toute une vie. Certains obstacles sont parfois difficiles à surmonter mais si nous gardons confiance et que nous travaillons sur nos peurs, la spiritualisé permet de réaliser notre humanité, au présent, en accompagnant notre part d’ombre avec intelligence et cœur afin d’accomplir notre part de lumière et de liberté.

imSSSSSSages

La spiritualité s’adresse à la totalité de l’être. Corps et esprit agissent ensemble pour nous permettre de se vivre UN, une totalité dans le présent, en lien avec les autres et le monde. Cela avec enthousiasme, joie, volonté, courage et détermination. C’est un chemin d’apprentissage de la cohérence intérieure. Chacun le parcours comme il le peut, selon ce qu’il en comprend dans l’intimité de son être. C’est pourquoi, en parler est presque un contresens. La spiritualité, ne se dit pas, elle se vit. Elle est réflexion, maturation, action, ouverture à ce qui est, sans jugement. Elle est la vie même. Elle ne se pratique pas tous les jours 20 mns par exemple, en méditant, mais instant après instant, au mieux de ce que nous pouvons faire et être, dans le moment, de façon à ce que, petit à petit, sans éclat, nos actions soient en accord avec nos pensées, et en deviennent leur prolongement, naturel et spontanéimSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSages

Incarner une spiritualité c’est donc participer à changer le monde…. mais Changer le monde est un grand programme. Et, comme le disent tous les sages, il convient de changer, d’abord soi-même. Ce qui demande de la volonté, de la détermination, du courage, de la discipline, de la rigueur, de ne pas se décourager, et de ne pas culpabiliser quand nous sommes confrontés à des situations que nous pensions avoir compris, dépassées ou à des émotions conflictuelles envahissantes.

Croire que nous allons changer, radicalement, d’un coup, comme par magie est un signe d’arrogance. Une illusion majeure. Ce n’est pas la réalité. Il y a des moments où nous avons le sentiment d’avancer, de changer; d’autres de stagner, voire de régresser. Si nous jugeons ces étapes comme négatives ou exceptionnelles, si nous nous comparons aux autres, nous laissons l’ego nous dominer et nous manipuler. Nous n’avançons pas. Mais, ce n’est souvent, qu’après bien des années, que nous pouvons mesurer le chemin parcouru. Alors, oui, changeons. Mais pas parce qu’il le faut, rien ne nous y oblige, mais parce que le simple bon sens nous incite à devenir un meilleur être humain

iDDDDDDDDDDDDDDmages

Pour cela, agir, en étant porté par des valeurs séculières et une éthique basée sur la générosité et le don, est essentiel. Cela s’apprend. Et, cet apprentissage repose sur notre compréhension de ce que sont la sagesse, la compassion, l’interdépendance et le sens des responsabilités. Nous sommes tous confrontés aux mêmes difficultés, aux mêmes souhaits de bonheur et de changer le monde. Nous sommes donc bien plus forts et à même de réussir, si nous sommes solidaires, et que nous nous transformons petit à petit, ensemble. Les femmes, les mères, ont un rôle important à jouer sur ce plan. Notamment car elles éduquent les enfants qui sont l’avenir de l’humanité.

 

imSSSSSSSSSSSSages

1 Commentaire

  1. Tout à fait d’accord Catherine…
    Bonne nuit,

    Dominique

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *