contact@catherine-barry.fr
Une rentrée sous le signe du bon sens!

Une rentrée sous le signe du bon sens!

bonjour à vous, Une « bonne » rentrée sereine, apaisée, épanouissante, vous trouve – si tout va bien et si vous n’êtes pas souffrant- rechargé en énergie. La rentrée, avec ou sans enfants, en septembre ou à un autre moment de l’année, en couple ou pas, est donc toujours un moment privilégié pour penser et visualiser la manière dont vous souhaitez mener à bien votre l’année. Ce, à quoi, vous pouvez me répondre que les bonnes résolutions de la rentrée sont comme celles du nouvel an, elles ne tiennent jamais. Et, vous avez raison. Nous sommes tous passés par là. Pour que cela marche, vous devez vous engager vis de vous-même et seulement de vous-même à ne plus subir vos émotions, vos pensées, votre culpabilité, votre fatigue, vos tensions et à les regarder avec bienveillance. Cela vous permettra de les accueillir, tels qu’elles sont, sans essayer de les tordre, de les transformer, de les manipuler afin qu’elles soient lus conformes à l’image que vous vous faites de vous. Second point très important, en ce qui concerne vos proches, essayez de leur laisser faire leurs choix. Obligee autrui à aller au même rythme que vous, à vous suivre dans vos ballades interminables du dimanche ou à méditer est une démarche fusionnelle et envahissante qui ne laisse pas aux personnes que vous embarquez dans vos envies, la possibilité de se découvrir. Si vous avez des enfants, il y a un juste milieu à trouver mais le conseil de la rentrée : laissez vos proches respirer sans vous, dès que vous le pouvez ! Les vacances permettent en général de récupérer de l’énergie. L’énergie de retour...
Vous êtes responsables de votre vie: devenez libre de  vos pensées négatives

Vous êtes responsables de votre vie: devenez libre de vos pensées négatives

Profitez de la période estivale pour prendre soin de vous: changez le regard que vous posez sur le monde et devenez livre de vos pensées négatives: c’est l’histoire du verre à moitié vide et le verre à moitié plein   « Nous saisissons la nature fondamentale des êtres et des phénomènes de manière erronée, distordue, à partir de notre ego et de nos émotions. Nous oublions que la réalité est faite de deux aspects, de deux vérités complémentaires et indissociables. Quand les choses apparaissent et se matérialisent de manière relative, non autonome, en fonction de causes et de conditions, c’est la vérité relative. Quand elles se manifestent au plan de leur nature fondamentale, qu’elles n’existent pas en elles-mêmes, mais en interdépendance, c’est la vérité ultime. » Tenzin Gyatso   Deux faces pour une même pièce, deux vérités pour une même réalité, c’est l’histoire du verre à moitié plein et du verre à moitié vide et c’est aussi la manière dont nous appréhendons ce qui nous arrive. Quand nous avons pris l’habitude, depuis l’enfance, de ne voir que le verre à moitié vide, et de n’être jamais contents de ce que nous vivons, nous continuons devenus adultes à faire de même. Ce processus mécanique, automatique, nous contraint à désirer toujours plus, toujours autre chose, pour tenter de combler le vide intérieur né de cette insatisfaction chronique. Si c’est votre cas, et que vous voulez être heureux, vous devez donc modifier ce ressort intime. L’exercice suivant vous y aidera. Exercice : Chaque soir, avant de vous coucher, installez-vous confortablement dans un endroit calme et notez sur un cahier destiné à cet effet les principaux événements...
Apprivoiser la  vieillesse et la mort

Apprivoiser la vieillesse et la mort

Bonjour, Je suis frappée par le nombre de personnes qui me demandent, en ce moment, de les conseiller pour les aider à mieux comprendre et à mieux accompagner leurs proches vieillissants, par le grand nombre de soignants qui se trouvent également démunis pour guider les personnes âgées dont ils s’occupent ainsi que leur entourage.   Dans nos civilisations, la mort fait peur puisque rares ceux sont ceux qui s’y préparent mais la vieillesse encore plus. De Gaulle disait d’elle « qu’elle est un naufrage » car pour cet homme d’action et de pouvoir, en réduisant nos capacités, elle anéantissait toute possibilité  de faire.  En Asie, en revanche, elle est préparation consciente à la mort, et c’est non pas plus réjouissant mais plus serein de l’envisager dans cette perspective. Le bouddhisme ne propose pas une vision de la vie «  peace and love » mais pragmatique et réaliste. Ses méthodes, ses enseignements philosophiques visent à entraîner l’esprit à ne plus subir le joug des émotions négatives et à découvrir qui nous sommes réellement quand nous n’avons plus peur de vivre et des circonstances. C’est vrai, je suis enracinée depuis plusieurs dizaines d’années  maintenant dans le bouddhisme. Chacune de mes pensées, de mes émotions et chaque souffle qui m’anime, sont marqués par son empreinte. Mais pas seulement. Née en Occident, le baptême m’a inscrite dans la religion catholique, et ma quête incessante de Sens m’a conduite depuis l’enfance, à découvrir, à étudier et à communier avec les autres religions et spiritualités du monde, allant parfois jusqu’à en pratiquer certaines afin de m’en imprégner au plus près. Au cours de ces années, je me suis connectée...
Les maladies mentales sont des maladies comme les autres….

Les maladies mentales sont des maladies comme les autres….

bonjour, Il est grand temps de changer le regard que nous posons sur les troubles ou pathologies mentales. La littérature et la pratique médicale passées prouvent si vous avez besoin d’en être convaincus que nous avons trop souvent maltraités, déconsidérés, les malades qui souffraient de ces pathologies. Heureusement des Psychiatres comme Boris Cyrulnick ou le Professeur Pelissolo se battent depuis des années pour que nous transformions radicalement notre approche de  ces troubles comme le montre cet interview réalisé avec le Pr Pelissolo  et dont je vous propose un extrait:         Déstigmatiser les troubles mentaux ! Rencontrer le psychiatre Antoine Pelissolo, c’est entrevoir ce que sera demain, notre manière d’appréhender les troubles psychiques et mentaux. Chercheur, médecin hospitalier, il est en France l’un des pionniers d’une nouvelle discipline, la psychiatrie positive, qui nous invite, grand public et médecins, à bousculer nos idées reçues sur la  phobie, la dépression, l’addiction et des pathologies comme l’anxiété, la bipolarité ou la schizophrénie. Cette approche, en changeant en profondeur le regard que nous posons sur les pathologies mentales, nous conduit à les envisager non plus comme des pathologies à part, mais comme n’importe quelle autre maladie, ce qui facilite une meilleure prise en charge des patients. Nous sommes tous concernés par cette révolution des mentalités. Qui n’a pas en effet dans son entourage, un proche qui, un jour, a été taraudé, emporté, obsédé par des émotions extrêmes, envahissantes, pénalisantes au quotidien, du fait de peurs-panique, d’anxiété, de crainte de l’abandon ou de dépendance à un être ou à une substance? Le dernier livre du Pr Pelissolo « Retrouver l’espoir » publié chez Odile Jacob, un abécédaire,...
Soyez révolutionnaire: aimez, donnez, soyez bon: le message des 3 amis en quête de sagesse

Soyez révolutionnaire: aimez, donnez, soyez bon: le message des 3 amis en quête de sagesse

bonjour à vous, La révolution du cœur est enfin possible! Ce slogan que nous devons à la maman de Matthieu Ricard, Yahne Le Toumemin, est enfin d’actualité. Dans leur dernier livre, nos 3 amis en quête de sagesse nous invitent à suivre cette attitude provocante pour notre époque. Voici un extrait de ce que je vous propose dans Lyon Capitale: Vous vous demandez  régulièrement, quel est le sens de votre existence, comment devenir un meilleur être humain, être utile, mieux aimer ceux qui vous entourent, ou bien encore, que faire avec votre souffrance… et, bien, contrairement à ce que vous pourriez penser, EUX AUSSI ! Eux, ce sont, le moine Matthieu Ricard, le psychiatre Christophe André et le philosophe Alexandre Jollien, 3 personnalités très différentes qui sont des références, des exemples à suivre, pour un nombre considérable de personnes, dans le monde. Dans cet ouvrage, de presque 500 pages, « 3 amis en quête de sagesse » (Editions l’Iconoclaste-Allary Editions), vous découvrirez comment chacun fait face à la souffrance et aux provocations de l’ego et, au-delà de ce qui les spécifie, combien leur souci de l’autre et leur volonté de s’accomplir au plus près des valeurs auxquelles ils adhèrent, les réunissent et leur servent de repères, au quotidien. Ce livre dense, joyeux, authentique, exigeant, en dévoilant sans concession, la vérité de ces 3 êtres, éclaire, en creux, la nôtre, et nous montre les voies que nous pouvons suivre pour conjuguer, instant après instant, les mots responsabilité, liberté, amour, et bienveillance. …..  MR : Quel est le sens de la vie d’un être humain ? Beaucoup de personne ne trouvent pas de sens à leur existence… que...
Le pouvoir des femmes et des mères selon le Dalai Lama

Le pouvoir des femmes et des mères selon le Dalai Lama

  Dans quelques semaines, Sa Sainteté le Dalai Lama aura 80 ans. Dans le monde entier, où qu’ils se trouvent, les Tibétains le fêteront et lui rendront hommage pendant plusieurs jours.  Cet anniversaire est pour moi l’occasion de reprendre des interviews faites avec Tenzin Gyatso et de partager avec ceux qui me lisent, les paroles de sagesse de cet homme exceptionnel. Ses paroles éclairent la vie de millions de personnes dans le monde. Sa Sainteté porte un regard très attentifs sur les femmes, les mères que  nous sommes. Ce thème sera la première partie de ce que je vous proposerait les semaines à venir Catherine B: Le Dalai Lama fait appel, très régulièrement,  à nous, femmes et mères, pour construire le monde de demain, en disant en substance que nous devons nous appuyer sur les qualités inhérentes que nous manifestons dans des conditions « normales » : la compassion et la bienveillance. C’est sans aucun doute vrai. Mais en faire preuve spontanément demande d’avoir dépassé les traumatismes affectifs de l’enfance, condition indispensable pour être capables de donner naturellement et sans rien attendre en retour à notre enfant ou à l’un de nos proches. Parce que l’autre compte plus que nous-mêmes et que nos peines. Se comporter en adulte, comme le Dalai Lama nous y incite, ne dépend pas de l’âge mais de la maturité procurée par l’expérience, de la compréhension de ce que nous avons vécu et de la manière dont nous nous sommes « réconciliés » avec nous-mêmes. Ce qui est, en soi, un chemin à part entière.  Reste que l’art d’être mère demeure malgré tout une pratique pour laquelle...