blog@catherine-barry.fr
Se laisser respirer, avoir confiance et laisser agir la vie en soi, librement, sans peur,

Se laisser respirer, avoir confiance et laisser agir la vie en soi, librement, sans peur,

Bonjour à tous, D’abord Mille excuses pour cette longue absence. Plusieurs raisons à cela : Un quotidien professionnel complexe, Une nouvelle aventure d’auteur qui me demande plus de temps que prévu, Et un grand questionnement sur cette époque si riche en méthodes de bien-être diverses, sur ce qu’elles apportent à ceux qui les pratiquent, sur la motivation de ceux qui les enseigne, sur la nécessité ou pas de proposer comme je le faisais parfois, moi aussi, des conseils, des méthodes…. J’ai le privilège d’être au cœur des chemins de la spiritualité en France depuis plus de 30 ans et d’avoir reçu au cours beaucoup d’enseignements, de  pratiques, de grands maîtres du Bouddhisme, du soufisme, de l’Hindouisme, du Tai chi chuan, du Qi Gong…  et, d’avoir pu, en même temps,  apprendre notamment la médecine chinoise, la sophrologie, la MBCT, le coaching en entreprise, etc….. Avec le recul, je remarque que pendant des années, au-delà de ma quête de spiritualité – elle a été le fil rouge de mon existence- et ma soif vitale de réalisation intérieure, j’ai suivi ce parcours, avant toute chose, pour trouver des remèdes à la souffrance fondamentale qui me déchirait depuis l’enfance. Mon espace intérieur totalement vampirisée par la souffrance, je croyais pratiquer une voie spirituelle mais les ¾ du temps, c’était faux. Il ne pouvait pas en être autrement et c’est pourquoi je n’éprouve aucune culpabilité, aucun regret. J’ai passé beaucoup de temps à essayer de penser mes blessures, sans discernement, instinctivement, mais y compris dans les périodes de grand désespoir, j’ai toujours su intérieurement, au fond de moi, que cela n’était qu’une étape indispensable et...
Chercher le bonheur en dehors de soi est illusoire: ouvrez votre cœur: il est là!

Chercher le bonheur en dehors de soi est illusoire: ouvrez votre cœur: il est là!

Bonjour Chercher le bonheur  en dehors de soi est illusoire. Ouvrez votre cœur: il est là! Nous voulons tous être heureux mais nous sommes persuadés que nous n’y parviendrons pas seul et nous cherchons à l’extérieur de nous des solutions qui ne peuvent pas conduire à trouver, la paix intérieure. D’où le nombre impressionnant de techniques qui se développent depuis quelques années dans le domaine du développement personnel. C’est vrai, elles sont parfois une aide momentanée et nous sommes nombreux à y avoir recours à un moment ou à un autre de notre vie, mais cela ne dure pas en général, et nous allons de méthode en méthode pour essayer de trouver des réponses à des souffrances affectives, à un stress, à des angoisses existentielles. Nous pouvons tous faire certains constats : -Aucune technique ne peut apporter le bonheur sur le long terme. Ce que vous expérimentez à un moment T, change très rapidement. C’est le propre de l’existence, être fluide, en transformation constante. – Personne d’autre que vous ne peut découvrir quelle est votre manière d’être heureux, je dirai plutôt d’être serein, dans l’Instant. Votre histoire est singulière, elle s’est construite sur des besoins, des envies, des peurs, une culpabilité, des croyances, qui en s’assemblant, vous ont enfermés dans cette histoire, dans vos souffrances et dans le monde que vous projetez à cause de ce passé. Ce mur intérieur vous cache ce que vous êtes vraiment, la réalité. Tout cela vous le pressentez. Faites-vous confiance. Regardez sans le juger ce qui se passe vraiment en vous et commencez à déconstruire cet échafaudage de croyances qui vous blesse si durement...
Inverser le regard : cesser de s’identifier à la souffrance

Inverser le regard : cesser de s’identifier à la souffrance

bonjour Nous vivons dans un monde où tout est fait pour nous distraire de notre intériorité. C’est le propre des systèmes de civilisation basés sur la consommation. Les distractions sont censées nous sauver de l’ennui, de la solitude, nous donner la possibilité d’échanger avec des proches en créant du lien social, …. La plupart occupent notre temps de cerveau disponible en provoquant des addictions mentales (smartphones, tablettes, etc) qui nous anesthésient intérieurement en nous coupant de notre profondeur, de ce que nous sommes réellement. Attention cependant à ne pas généraliser. Toutes les distractions ne vampirisent tout notre temps de conscience disponible au point de nous faire oublier d’être en lien entier et authentique avec nos proches et avec nous-même. A chacun de savoir quelles sont les distractions qui le révèlent, le complètent, l’aident à se questionner, lui ouvrent de nouvelles perspectives pour mener une existence plus sereine, apaisée…..   Nous sommes tous différents. Chacun gère son temps terrestre comme il l’entend. Il n’y a pas à conseiller, simplement à proposer des pistes de réflexion ou de méditation. A propos de la distraction, le dictionnaire Larousse propose deux définitions : La distraction est une disposition habituelle à l’étourderie ou état passager de quelqu’un qui manque de concentration : La distraction des savants est légendaire. Action de se délasser, de s’amuser. Activité qui divertir  Pour moi, se distraire signifie se donner les moyens de se distraire du monde ordinaire en apprenant à mettre moins de sérieux dans notre manière de vivre notre quotidien afin de s’autoriser à se libérer de toute identification à la souffrance. Sans en avoir pleinement conscience, nous nous comportons en permanence...
la force de l’esprit!

la force de l’esprit!

Bonjour, « Celui qui obéit au texte sacré au pied de la lettre peut commettre des crimes. »  Paul de Tarse Les événements tragiques que l’occident connait à cause du terrorisme illustrent cette phrase pleine de sagesse de Paul de Tarse. Paul l’un des disciples de Jésus. Que nous soyons croyants ou pas,  cette phrase nous parle à tous, en ce moment. Je l’ai trouvé en cherchant la signification de la Pentecôte. Bouddhiste depuis bien plus longtemps, que je n’ai pratiqué la religion de mes parents, j’ai oublié le sens profond de cette fête. Je me souviens simplement qu’elle parle de l’esprit. Tout ce qui touche à l’esprit m’intéresse au plus haut point en tant que bouddhiste et pratiquante notamment de la méditation. De manière très très résumée, le bouddhisme et la méditation consistent notamment à prendre en compte à chaque instant l’esprit dans toutes ses manifestations et composantes possibles : émotionnelles, mentales, corporelles. Puis, en partant de ces expressions concrètes, à noter sans le juger, ce qui se passe afin de s’efforcer d’accompagner notre esprit là où nous souhaitons l’amener. En général vers des états plus conscients, plus sereins, et plus libres de nos conditionnements habituels. Mais ici, de quelle forme de l’esprit, est-il question? Nous sommes dans une religion monothéiste, l’esprit est-il une façon de concevoir, d’exprimer Dieu  ou de parler de nous, les hommes ? Il est dit dans les textes qu’au moment de la Pentecôte, « l’esprit descend sur les apôtres réunis ». J’aime à croire, tout particulièrement en ce moment où tant événements dramatiques se déroulent en Europe et dans le monde, qu’ici l’esprit symbolise l’amour, le partage, la fraternité....
Pas à pas sur le chemin de la sérénité

Pas à pas sur le chemin de la sérénité

Bonjour à tous, Certaines et certains d’entre vous m’ont demandé de les accompagner sur le chemin de la Sérénité ( en référence au livre publié sur ce sujet il y a quelques années)…. ce que je vais faire pendant quelques semaines….   Nous allons commencer par des définitions. Notez tout d’abord vos définitions de la sérénité et du bonheur…   Regardez maintenant ce que je vous en dis : 1/ La sérénité: vous l’aurez remarqué, la sérénité est un nom féminin  qui signifie : calme, tranquille… On parle en général de la sérénité de l’esprit. C’est donc un état de calme, de tranquillité, de confiance. Ses synonymes sont notamment : bien être, bonheur, calme, paix, quiétude, placidité, sécurité, patience, flegme, philosophie, tranquillité, équilibre, pondération, harmonie, ordre, silence, accalmie, sagesse, confiance, assurance, maîtrise, épanouissement, impassibilité, Elle n’est ni résignation, ni indifférence, ni placidité, ni béatitude naïve….  Expressions courantes avec sérénité : Sérénité d’un visage. Accueillir quelqu’un sereinement Faire preuve de,  ou, apporter la sérénité. Envisager quelque chose avec sérénité. Manquer de sérénité. Retrouver la sérénité. Proverbes ou citation avec Sérénité : « Heureux celui qui ne s’attache qu’à l’essentiel; sa vie se déroule dans la sérénité. » Daniel Desbiens « La sérénité, c’est l’absence de doute. » Jean-Michel Wyl AINSI…. La sérénité est un état intérieur qui retentit sur nos comportements. C’est donc un état qui se voit : c’est une expression du corps et de l’esprit, et c’est un état qui peut évoluer, se voir, exister, disparaître, et se retrouver 2/ Qu’en est-il du bonheur. Définition du mot bonheur : État heureux, qui a à voir, pour certains, avec la chance, un hasard favorable. Le bonheur est un état durable de plénitude et de...
Quand la méditation de la Pleine conscience et les méthodes de développement personnel agissent comme du Prozac au quotidien :

Quand la méditation de la Pleine conscience et les méthodes de développement personnel agissent comme du Prozac au quotidien :

bonjour, Dès lors qu’une méthode, quelle qu’elle soit, est sortie de son contexte et devient, pour nous, une panacée universelle en soi, il importe de s’arrêter et de réfléchir à ce qu’elle dit de nous et de notre époque. Bien sûr, je trouve formidable que de plus en plus de personnes, en Occident, soient soulagées, réconfortées, apaisées, en pratiquant par exemple la méditation de la Pleine Conscience ou d’autres méthodes issues du bouddhisme. Mais se penser bouddhiste parce qu’on les pratique est une première erreur. Croire ensuite, car il faut avoir une grande foi en la méthode et en ceux qui la transmettent, qu’elle guérit notamment nos peurs, en quelques semaines, est une seconde erreur. Enfin, la consommer comme un médicament est une 3ème erreur. La méditation n’est pas là pour servir de pseudo-médicament à nos angoisses. Elle est bien plus que ça. Comme le disait Khandro Rinpotché, l’une des rares femmes maîtres bouddhistes, dit en substance à ce propos : « Le bouddhisme n’est pas là pour soigner les plaies du cœur. Si vous avez mal à la tête, vous prenez une aspirine et vous pouvez ensuite vous atteler à des tâches qui sont pour vous essentielles. Si vous avez des problèmes affectifs, soignez-vous avant d’apprendre et de pratiquer le bouddhisme. S’engager sur la Voie bouddhique ne consiste ni à suivre une thérapie, ni à expérimenter des méthodes de bien-être. Le bouddhisme vise à réaliser l’éveil, c’est-à-dire à se libérer de toute identification à la souffrance. Ce qui demande un entraînement quotidien de l’esprit… ». Tous les maîtres enseignent ce principe. Mais la plupart des Occidentaux, en quête désespérée de solutions...